Skip to content

Prof. Boerner's Explorations

Thoughts and Essays that explore the world of Technology, Computers, Photography, History and Family.

Archive

Archive for July, 2009

(Originally posted on Friday, July 31, 2009)

by Gerald Boerner

“Vanity made the [French] Revolution; liberty was only a pretext.”
— Napoleon Bonaparte (1769-1821)

“We need the real, nation-wide terror which reinvigorates the country and through which the Great French Revolution achieved glory”
— Vladimir Lenin (1870-1924)

Over the past couple of weeks, we have been examining the French Revolution. We have looked at what triggered it, the stages through which it progressed, the major participants and groups, and the different legislative bodies associated with it. This revolution was a major civil war that saw the people of France stand up to their oppressors — the Monarchy, the Church and Clergy, and the Nobility.

Our task today is to try to sum up what results this Revolution produced and how they affected different groups (classes) in France at the beginning of the conflict. We will also look at the state of the country at the end of the conflict. Overall, it did make a difference, but in what ways? Let’s take a closer look…

What form of government existed before and after the Revolution?

The Revolution saw a transition from an absolute Monarchy to a Republic. This evolution was not simple and included a phase of radical democracy that led to the anarchy of the ‘Reign of Terror.’ But ultimately, a constitutional republic emerged from this bloodbath. This transition occurred within the ten year period from 1789 to 1799.

This change in régime necessitated a change in the Monarchy as well. The King, Louis XVI, started out as an Absolute Monarch. He was, as it were, ‘downgraded’ to a Constitutional Monarch during the initial phase of the Revolution; he agreed to this change to prevent anarchy, but did not really accept his change in status. He called upon his fellow Monarchs in Europe to ‘rescue’ his domain. When he and his family attempted to flee from Paris and France in 1792, he was identified, captured, and returned to Paris to be placed under house arrest in the Tuileries Palace in Paris. Eventually, he was removed from the monarchy and executed on the guillotine in January, 1793.

Probably the main causes of these changes centered about the state of the people at the end of the 1780’s. There was droughts throughout the countryside, the people were malnourished, and they were taxed beyond their ability to pay; the country was in financial crisis due to recent war expenses. Complicating these factors was the lavish lifestyle of the court’s extravagant lifestyle that ignored the plight of the people. The King was out-of-touch with the people because he lived in the opulent of the Palace of Versailles and was shielded from the people by those surrounding him. Also complicating the problem was the two liberal influences of the day: the liberal ideals of the American Revolution and the philosophies of the ‘Enlightenment’ Philosophers (Voltaire, Rousseau, and Montesquieu).

What happened to the rest of the population?

At the beginning of the Revolution, the populace of France was divided into three classes, or ‘Estates’. These were:

  1. The First Estate… The Clergy
  2. The Second Estate… The Nobility
  3. The Third Estate… The rest of the population, including the merchants and craftsmen and the farmers of the countryside

While the first two Estates held virtually all the power in France’s feudal economy, about 95% of the population fell into the ‘Third Estate’. Furthermore, the first two estates were exempt from taxation and owned most of the land. The ‘Third Estate’, therefore, felt the ‘brunt’ of the country’s taxes AND still had to pay the Church its ‘tithe’, or 10%. The people were ripe for change.

During the initial phases of the Revolution, the Church and Clergy were stripped of their special status. No longer were they exempt from taxes and the Clergy were brought under the governance of the state if they were to remain in France. In later phases, the ultra-radical ‘Hébertists’ sought to replace the Catholic Church entirely, replacing it with the ‘Worship of Reason’ during the ‘de-christianization’ movement. By the end of the Revolution, the Church had been reinstated, but without its earlier prerogatives.

Likewise, the Nobility, the major feudal overlords, was hated by virtually all elements of the Revolution. They were stripped of their tax exemption and other rights under the feudal contracts held with their tenants. Many of this Nobility class escaped, or attempted to escape, from France and became ‘émigrés’. Those that remained were in for harsh treatment by the people; a good many of them were executed on the guillotine during the ‘Reign of Terror’. After the formation of the Republic after the adoption of the Constitution of 1794, many returned, but did not regain their previous power or privileges.

The people of France were the ultimate winners from the Revolution. However, as stated by George Orwell, "All animals are equal, but some animals are more equal than others" (Animal Farm, 1945). Initially, the Intellectuals were in charge of the Revolution, the ‘Girondists’, did away with the feudal system and gave the people, especially those in the countryside, hope for a better life. When that promise did not result in concrete improvements, the people, especially the poor of Paris, switched their support to the more radical ‘Montagnards’ under the leadership of Robespierre. As the people rose up in revolt, the ‘Reign of Terror’ brought many of these poor to the guillotine. Eventually, the people emerged with Rights and a voice during the Republic. They were represented in the new government by the ‘Council of Five-Hundred’.

So, in the end, the people did triumph over the Clerics and the Nobility classes. They had emerged from an extended famine that was causing starvation and malnutrition prior to 1789, but they were still poor, especially if they lived in the countryside or the different ‘Departements’ (Provinces).

What were the overall outcomes of this Revolution?

In the end, from 1795 to 1799, France operated as a Republic. The wars with the coalition of European armies under control of Austria continued. Like the American colonies, they were fighting for the new form of government they had established — a Republic. Since most other European states were still Monarchies, the French Revolution posed a threat to the internal security of these other European countries.

Many generals fought valiantly for their country, but one that emerged above the others was Napoleon. His victories coupled with continued dissatisfaction with the corruption within the governance of the Republic set the stage for the next upheaval in France, the creation of the French Empire with Napoleon as its head. But that is another story for another day.

This concludes this series. Check back for other series on themes like these will be addressed in the future…

(Originally posted on Thursday, July 30, 2009)

image « La liberté a été chassé dans le monde entier, la raison a été considéré comme une rébellion, et l’esclavage de la peur a fait peur de penser des hommes. Mais tel est le caractère irrésistible de la vérité, que tout ce qu’elle demande, et tout ce qu’elle veut, c’est la liberté de apparaissent. »
—Thomas Paine, Droits de l’homme, 1791

Cette tranche de notre examen des événements, des personnes et des groupes impliqués dans la révolution française se concentre sur l’évolution des organes législatifs qui ont été associés aux différentes étapes discutées précédemment. Nous nous servirons de ces étapes, ou «lois», comme les précédents, l’affichage d’organiser notre présentation. Les différents organes délibérants se sont réunis pour passer par ces étapes. La présentation mettra l’accent sur les structures formelles législatif en vigueur au cours de chacune de ces étapes.

A ce stade de notre étude, vous devriez avoir une bonne compréhension des étapes de la Révolution française, les factions en son sein, et une compréhension de base de la forme que le gouvernement devrait faire. Alors, let’s get started …

Une loi sur la monarchie absolue …

image Avant la révolution, le roi Louis XVI a été le seul gouvernement de la France. Ceci est appelé le «ancien régime» et le roi était la règle absolue, de comptes à rendre à d’autres groupes, y compris l’Eglise. Il a été descendu de la ligne de Bourbon Kings. Le seul organe de délibération au cours de cette période est « l’Assemblée des notables » qui se sont réunis pour conseiller le roi, elle a rencontré au cours de deux périodes, avant la Révolution de Février à Mai 1787 et à nouveau au cours de Novembre et Décembre, 1788. Ce groupe a été convoqué pour contourner les décisions de la Cour suprême, le « parlement ». Cette Assemblée est composée de la plus haute noblesse, du clergé, et de certains agents publics. L’échec de cette Assemblée à mettre de l’ordre à la population de réagir à l’imposition de taxes écrasante a conduit à la convocation de l ‘ « Etats Généraux », au printemps de 1789.

Loi sur deux … La transition de la monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle

Cette période a vu la fin de la monarchie absolue de Louis XVI et de la mise en place d’une série d’assemblées qui représentent les différentes classes de la population. Ces assemblages ne sont pas purement consultatifs, ils peuvent agir indépendamment de la volonté du Roi. Par conséquent, les assemblées représentatives les limites imposées sur l’État du roi et de ses prérogatives.

Les États-général (Mai à Juin, 1789) … Il s’agit d’une transition de l ‘ «ancien régime», il est descendu à partir d’un groupe qui a rencontré pour la dernière fois en 1614. Il était composé de représentants des trois classes, ou «États», qui a formé la société française de l’époque. Ces groupes sont: «la Primiére État» représentant le Clergé, «le deuxième État” représente la noblesse, et «le Tiers État», représentant le reste de la population, y compris les commerçants et les commerçants ainsi que les populations rurales qui sont essentiellement des serfs féodaux . Dans cette structure, à la fois «la Primiére État» et «le deuxième État» étaient exemptés de taxes, «la Primiére État» est aussi le plus grand propriétaire foncier en France et en extrait une « dîme » de l’impôt des personnes ainsi. Étant donné que le problème majeur en 1789 a été la diminution de la trésorerie, la charge fiscale est tombé sur le “Tiers État”.

Le conflit majeur au cours de cette session de l ‘ «Etats Généraux» a été la manière de voter sur des mesures considérées. Le point de vue traditionnel a été de voter «par États», qui serait toujours autoriser le Clergé et la noblesse d’imposer leurs vues sur le «Tiers État». Le dernier groupe a cherché à faire du vote effectué «par tête», ce qui signifie que chaque délégué aura un vote, ce serait donner au peuple une chance de voir certaines de ses propositions approuvées. Ce débat a été réglé lorsque le roi voulait que le vote serait «par État». Bien que ce débat, pas de débats ont eu lieu sur les questions de fond. Enfin, la décision du roi a conduit les membres de la «Tiers État» de les déclarer comme «Assemblée nationale». Ils ont invité le plus libéral des membres du clergé et la noblesse à se joindre à eux.

image Le National [constituante] Assemblée (Juin 1789 – Septembre, 1791) … Ce nouveau groupe a continué de se réunir au Palais de Versailles, jusqu’à ce que le roi enfermés à partir de leur réunion des chambres. Le «Assemblée», se sont déclarés indépendants de la souveraineté du roi. Le peuple de Paris marche sur Versailles pour protester contre le lock-out, dirigé par Olympe de Gouges, le roi a refusé de supprimer le «Assemblée» par la force et l’Assemblée des «enlevés à un court de tennis, à Paris. À ce moment, chaque membre a juré la «Court de Tennis serment» pour soutenir les objectifs de l’Assemblée. Suite à cela, la population de Paris dans les rues pour protester contre les actions arbitraires du roi et de fini et de prendre d’assaut la Bastille Forteresse de Paris.

Quelle a été la tâche de cette Assemblée? Eh bien, il a été double. La première tâche a été de faire face à la crise financière du pays, plus équitable que les conseillers du roi l’a suggéré. Cela comprenait la suppression de l’exonération fiscale du clergé et la noblesse. La difficulté majeure consistait à gérer un pays qui n’a pas eu d’effet bureaucratie. Cette tâche incombe à comte de Mirabeau et un groupe de républicains appelé «Girondists.” Ainsi, une «monarchie constitutionnelle» a été créé.

La deuxième tâche est de rédiger une Constitution pour guider le nouveau gouvernement. Au cours de ce processus, l ‘ «Assemblée» créé «Les Droits de l’Homme et du Citoyen”, qui a été basée sur la pensée de Thomas Paine, qui a également contribué à la promotion de la Révolution américaine, avec sa brochure “Common Sense”. La constitution d’une monarchie constitutionnelle était prêt en Septembre, 1791.

Loi sur les trois … La monarchie constitutionnelle

image L’Assemblée législative (Octobre 1791 – Septembre, 1792) … Suite à l’achèvement de la Constitution, le nouveau gouvernement a pris la relève. Ils sont encore rencontrés par la grave crise financière qui a précipité.

Roi Louis XVI a toujours le pouvoir exécutif et il est toujours capricieux. Il nomme ses favoris à des postes ministériels et souvent jeté un «droit de veto suspensif», un droit de veto, qui pourraient retarder, mais pas la mise en œuvre d’une loi. Cela a conduit à la formation de factions au sein de l’Assemblée législative et de la formation des “clubs”, le club le plus puissant a été le «Club des Jacobins», dont les deux «Girondists» et de «Montagnards» ont été membres. En face de cette perte de puissance, Louis XVI espère que les autres monarques européens, qui viennent à son secours et de rétablir à son ancien statut et à détruire la révolution.

Un autre obstacle était la mauvaise situation financière du pays avec l’ensemble des troubles chez les pauvres. A Paris, les pauvres, les «sans-culottes», et les marchands et les commerçants forment la «Commune de Paris», sous la supervision de la «Girondists,« mais les pauvres en milieu rural sont encore traités comme des serfs, même si le féodalisme a été interdites par la nouvelle constitution.

En 1792, le roi et sa famille ont fondamentalement changé la dynamique de la situation et de sceller leur destin. Ils ont essayé de fuir le palais des Tuileries à Paris pour la Belgique, mais ont été capturés à Varennes. Elles ont été prises à Paris et placé en résidence surveillée. En août 1792, la famille royale, a été attaqué dans le palais des Tuileries et de la monarchie a été résilié. Louis XVI a été exécuté sur la guillotine en Janvier, 1793 et Marie-Antoinette se sont réunis le même sort en Septembre de la même année.

Ainsi, la mise en place d’une monarchie constitutionnelle a été avec succès, mais a pris fin avec l’exécution du Roi pour sa non-coopération. Cet événement a également marqué la fin de la domination bureaucratique de la «Girondists’ à l’Assemblée». L’étape a été fixée pour l’anarchie …

Loi sur les quatre … La Convention nationale et le «règne de la terreur»

Une fois que le roi a été enlevé et exécuté, une forme républicaine de gouvernement a été institué. Après l’exécution de la reine, la foule de la «Commune de Paris» et les très pauvres, les «sans-culottes», dans les rues pour exiger des changements immédiats à leur statut. La nouvelle Convention nationale, plus communément appelée la «Convention», a été formé pour élaborer une constitution républicaine pour guider le pays. Robespierre et de son «Montagnards» est passé de l’importance.

image La Convention nationale (Octobre 1792 – Septembre, 1794) … Les délégués de cette convention ont été élus par le peuple, mais dans le cadre d’un ensemble plus restreint de votants. Seuls ceux qui paient des impôts ont été autorisés à voter. L’autre moitié de la population masculine a été marginalisés comme les pauvres dans tout le pays.

Après le «Montagnards», sous Robespierre au pouvoir, les autres groupes de la «Convention» ont été expulsés de la «Club des Jacobins». Les royalistes se retira à la «monarchiste Club», les anciens dirigeants sont retirés et ont formé le «Club des Feuillants» et le «Girondists» ont été retirés de leurs positions de leadership et de persécution. Ces changements apportés à une phase plus radicale de la Révolution – le «règne de la terreur». Ce radicalisme a été déclenchée par la montée du militantisme au sein de la «Commune de Paris», la menace de l’insurrection dans les campagnes, et l’approche de l’Autriche coalition armée qui approchait de Paris.

image Le Comité de la Sécurité publique (1793-1794) … À la lumière de cette agitation, la Constitution a été suspendue et la loi martiale a été imposée au pays. Le «règne de la terreur» a commencé, les personnes accusées de trahison, de déloyauté, de subversion, ont été jugés sans défense et rapidement exécuté sur la guillotine. Les menaces de trouble à l’ordre public ont été traitées de manière rapide et sans pitié. Environ 50.000 personnes ont été exécutées au cours de cette période d’anarchie, dont la plupart des «Girondists’ et ‘Hébertists». L’objectif principal était d’éliminer les menaces internes à la Convention plutôt que de faire la guerre contre la coalition autrichienne. Ce n’était pas le règne du droit, mais la matière première institution de pouvoir personnel en la personne de Robespierre.

Vers le milieu de 1794, la tolérance de la population a atteint ses limites. Le radical “Montagnards”, y compris Robespierre, étaient désormais considérée comme la cible de la plus modérée, les délégués de la Convention, ces radicaux ont été exécutés sur la guillotine. Les républicains ont travaillé à la fin de la Constitution et la fraction de contrôle des combats. Lorsque la Constitution a été adoptée, la Révolution a été une nouvelle fois mis sur une voie à une république stable.

Loi sur les cinq … La Première République

image La nouvelle Constitution pour une forme républicaine de gouvernement sur le modèle défini par Montesquieu. Il s’agissait d’une séparation des pouvoirs législatifs de l’exécutif et les représentants doivent être élus par vote populaire. Cette forme de gouvernement a été tout à fait nouvelle non seulement pour les Français, mais tous les Européens. Il a été un modèle analogue à celui de la nouvelle nation américaine dans la Constitution des États-Unis de 1787.

Le Répertoire (Octobre, 1794 – 1799) … Cette nouvelle forme de gouvernement a séparé législatif et exécutif, sur la base de plus comme le modèle du Royaume-Uni et non les États-Unis.

◊ La législature … La nouvelle Constitution a défini une bicaméral (deux maisons) législatif composé d’une chambre basse, le «Conseil des Cinq-cents», de 500 représentants qui ont été élus par le peuple et la chambre haute, le «Conseil des anciens», 250 représentants indirectement nommés par le «département» («États»). Ces représentants sont élus pour trois ans.

◊ L’exécutif … Il y avait cinq «dirigeants» nommé pour un an à condition que les besoins administratifs de la nouvelle république. Ces «dirigeants» ont été sélectionnés par le «Conseil des aînés à partir d’une liste établie par le Conseil des Cinq-cents.” En théorie, cela devrait être travaillé, mais dans la pratique, ces «dirigeants» ont tendance à être endommagés par leur pouvoir et est resté en fonctions au-delà du terme de l’année indiquée par la Constitution.

Ce processus a été un succès dans la direction de l’armée française dans leurs batailles contre la coalition autrichienne, mais il n’a été que partiellement réussie dans la gouvernance interne de la France. En 1797, les restes de la noblesse tentative de retour à la monarchie, mais sans succès. En 1798, les autres «Girondists» réaffirmé leur pouvoir et leurs employés des compétences administratives pour mettre de l’ordre du chaos. Cela a duré un an seulement avant il y aura un autre changement de gouvernement …

Napoléon et ses armées ont réussi à obtenir une trêve après le succès de leur conquête de l’Italie. En conséquence, la plupart de l’Italie était sous le contrôle de la France et de la coalition autrichienne acquise Venise. Une autre crise est en magasin lorsque l’armée rentre en France et a souhaité recevoir leur salaire, le pays était encore dans une crise financière et ne pouvait pas effectuer le paiement … Cet incident a conduit à la création de l’Empire et de nommer un chef militaire, Napoléon , à sa tête.

Nous nous arrêterons ici, mais l’aventure continue. L’Empire a continué, mais la stabilité a été difficile à trouver en France. Dans les années 1820, la monarchie a été restaurée pour être suivie par la Révolution de 1848 et de nouveau en 1872. Mais c’est une étude pour une autre série.

Synthèse et conclusions

Dans une période de dix ans seulement, de 1789 à 1799, la France a progressé d’une monarchie absolue à la République. La noblesse et le clergé ne sont plus exemptés de taxes. Les gens ont appris qu’ils pouvaient exercer la puissance de leur nombre. Ce n’était pas une progression linéaire, cependant. Le pays a dû survivre à la «Règne de la Terreur» et l’anarchie de la population hors de contrôle. Beaucoup de vies ont été perdues à la guillotine. Mais à la fin, ils ont émergé de ce processus comme une république, le premier en Europe.

Est-ce la fin de la tyrannie? Ne pas être n’importe quel moyen! Mais il a commencé l’Europe sur un voyage vers la liberté de l’oppression. La Révolution française est un exemple de nombreux pays, mais a été observé en particulier dans ses effets sur la Révolution russe du XXe siècle.

Next Time: Nous allons conclure notre étude de la Révolution française, en regardant quelques-uns des changements survenus au cours de cette période de bouleversements. Rejoignez-nous pour que l’aventure continue …

(Originally posted on Wednesday, July 29, 2009)

image “Freedom had been hunted round the globe; reason was considered as rebellion; and the slavery of fear had made men afraid to think. But such is the irresistible nature of truth, that all it asks, and all it wants, is the liberty of appearing.”
— Thomas Paine, Rights of Man, 1791

This installment of our examination of the events, people, and groups involved with the French Revolution will focus upon the evolution of the legislative bodies that were associated with the different stages discussed previously. We will use these stages, or ‘Acts’, as in previous posting to organize our presentation. Different deliberative bodies met to move through these stages. The current presentation will focus on the formal legislative structures in effect during each of these stages.

At this point in our exploration, you should have a reasonable understanding of the stages of the French Revolution, the factions within it, and a basic understanding of what form the government should become. So, let’s get started…

Act One… The Absolute Monarchy

image Before the revolution, King Louis XVI was the sole government of France. This is termed the ‘ancien régime’ and the king was the absolute ruler, accountable to no other group, including the Church. He was descended of the line of Bourbon Kings. The only deliberative body during this period was the ‘Assembly of Notables’ which met to advise the King; it met during two periods before the Revolution: from February to May, 1787 and again during November and December, 1788. This group was convened to circumvent the decisions of the Supreme Court, the ‘parlement.’ This Assembly was composed of the highest-ranking nobles, clergy, and some public officials. The failure of this Assembly to bring order to the people reacting to the imposition of overwhelming taxes led to the convening of the ‘Estates-General’ in the Spring of 1789.

Act Two… The Transition from Absolute Monarchy to a Constitutional Monarchy

This period saw the end to the Absolute Monarchy of Louis XVI and the establishment of a series of assemblies that represented the various classes of the population. These assemblies were not purely advisory; they could act independently of the wishes of the King. Therefore, the representative assemblies imposed limits upon the rule of the King and his prerogatives.

The Estates-General (May through June, 1789)… This was a transition from the ‘ancien régime’; it descended from a group that last met in 1614. It was composed of representatives of the three classes, or ‘Estates,’ that formed French society of the time. These groups were: the ‘First Estate’ representing the Clergy, the ‘Second Estate’ representing the Nobility, and the ‘Third Estate’ representing the rest of the people including the merchants and tradesmen as well as the rural population who were basically feudal serfs. In this structure, both the ‘First Estate’ and ‘Second Estate’ were exempted from taxes; the ‘First Estate’ was also the largest landowner in France and extracted a ‘tithe’ tax from the people as well. Since the major problem in 1789 was the depletion of the treasury, the tax burden fell upon the ‘Third Estate.’

The major conflict during this session of the ‘Estates-General’ was how to vote on measures considered. The traditional view was to vote by ‘Estate’ which would always allow the Clergy and Nobility to impose their views upon the ‘Third Estate.’ The latter group sought to have the voting conducted ‘by head,’ meaning that each delegate would have a vote; this would give the people a fair chance to see some of its proposals approved. This debate was settled when the King dictated that the voting would be ‘by Estate.’ While this debate continued, no deliberations were held on substantive issues. Finally, the King’s ruling led the members of the ‘Third Estate’ to declare them as the ‘National Assembly.’ They invited the more liberal members of the Clergy and the Nobility to join them.

image The National [Constituent] Assembly (June, 1789 – September, 1791)… This newly formed group continued to meet at the Palace of Versailles until the King locked them out from their meeting chambers. The ‘Assembly’ declared themselves independent of the sovereignty of the King. The people of Paris marched upon Versailles to protest the lockout, led by Olympe de Gouges; the King declined to remove the ‘Assembly’ by force and the ‘Assembly’ removed themselves to a public tennis court in Paris. At this time, each member swore the ‘Tennis Court Oath’ to support the aims of the ‘Assembly.’ Following this, the populace of Paris took to the streets to protest the arbitrary actions of the King and ended up storming and taking the Bastille Fortress in Paris.

What was the task of this ‘Assembly’? Well, it was two-fold. The first task was to deal with the fiscal crisis of the country more equitably than the King’s advisors had suggested. This included removing the tax exemption of the Clergy and the Nobility. The major difficulty was to manage a country that did not have an effective bureaucracy. This task fell to Comte de Mirabeau and a group of republicans called the ‘Girondists.’ Thus, a ‘Constitutional Monarchy’ was created.

The second task was to draft a Constitution to guide the new government. During this process, the ‘Assembly’ created “The Rights of Man and the Citizen” which was based heavily on the thinking of Thomas Paine, who had also helped to promote the American Revolution with his pamphlet “Common Sense”. The constitution for a Constitutional Monarchy was ready in September, 1791.

Act Three… The Constitutional Monarchy

image The Legislative Assembly (October, 1791 – September, 1792)… Following the completion of the Constitution the new government took over. They were still faced by the severe fiscal crisis that had precipitated.

King Louis XVI was still the executive and was still capricious. He would appoint his favorites to ministerial positions and frequently cast a ‘suspensive veto,’ a veto that could delay but not negate the implementation of a law. This led to the formation of factions within the ‘Legislative Assembly’ and the formation of the ‘clubs’; the most powerful club was the ‘Jacobin Club’ of which both ‘Girondists’ and ‘Montagnards’ were members. In the face of this loss of power, Louis XVI hoped that other European Monarchs would come to his rescue and restore him to his former status and destroy the revolutionaries.

Another obstacle was the poor fiscal situation of the country along with the general unrest among the poor. In Paris, the poor people, the ‘sans-culottes,’ and the merchants and tradesmen formed the ‘Commune of Paris’ under the oversight of the ‘Girondists,’ but the poor in the countryside were still treated as serfs even though feudalism was banned by the new constitution.

In 1792, the King and his family basically changed the dynamics of the situation and sealed their fates. They attempted to flee the Tuileries Palace in Paris for Belgium, but were caught in Varennes. They were taken back to Paris and placed under house arrest. In August, 1792, the royal family was attacked in the Tuileries Palace and the Monarchy was terminated. Louis XVI was executed on the guillotine in January, 1793 and Marie Antoinette met the same fate in September of the same year.

Thus, the setup of a Constitutional Monarchy was successfully, but ended with the execution of the King for his non-cooperation. This event also marked the end of the bureaucratic dominance of the ‘Girondists’ in the Assembly. The stage was set for anarchy…

Act Four… The National Convention and the ‘Reign of Terror’

Once the King was removed and executed, a republican form of government was instituted. After the execution of the Queen, the crowds of the ‘Commune of Paris’ and the extremely poor, the ‘sans-culottes,’ took to the streets to demand immediate changes to their status. The new National Convention, more commonly referred to as the ‘Convention,’ was formed to draw up a republican constitution to guide the country. Robespierre and his ‘Montagnards’ rose to prominence.

image The National Convention (October, 1792 – September, 1794)… The delegates for this Convention were elected by the people, but under a more restricted set of voters. Only those who paid taxes were allowed to vote. The other half of the male population was disenfranchised as were the poor throughout the country.

After the ‘Montagnards,’ under Robespierre rose to power, the other groups in the ‘Convention’ were expelled from the ‘Jacobin Club’. The royalists retreated to the ‘Monarchist Club,’ the older leaders retreated and formed the ‘Club des Feuillants’ and the ‘Girondists’ were removed from their positions of leadership and persecuted. These changes brought on a more radical phase of the Revolution — the ‘Reign of Terror.’ This radicalism was triggered by the rise of militancy within the ‘Commune of Paris,’ the threat of insurrection in the countryside, and the approach of the Austrian coalition army that was approaching Paris.

image The Committee of Public Safety (1793-1794)… In light of this unrest, the Constitution was suspended and martial law was imposed upon the country. The ‘Reign of Terror’ began; those accused of treason, disloyalty, subversion, etc. were tried without a defense and promptly executed on the guillotine. Any threats of public disorder were dealt with swiftly and without mercy. Approximately 50,000 people were executed during this period of anarchy, including most of the ‘Girondists’ and ‘Hébertists’. The primary goal was to eliminate the internal threats to the Convention rather than waging war against the Austrian coalition. This was not the reign of law, but the raw imposition of personal power in the person of Robespierre.

By the middle of 1794, the tolerance of the people had reached its limit. The radical ‘Montagnards,’ including Robespierre, were now considered the targets of the more moderate delegates of the Convention; these radicals were executed on the guillotine. The republicans worked to finish the Constitution and control the fractional fighting. When the Constitution was passed, the Revolution was once again put on a path to a stable republic.

Act Five… The First Republic

image The new Constitution called for a republican form of government on the model defined by Montesquieu. There was to be a separation of executive from legislative powers and the representatives were to be elected by popular vote. This form of government was entirely new to not only the French, but all Europeans. It was a model similar to that of the new American nation in the United States Constitution of 1787.

The Directory (October, 1794 – 1799)… This new form of government had separate legislative and executive branches, based more like the model of the United Kingdom rather the United States.

◊ The Legislature… The new constitution defined a bicameral (two house) legislature made up of a lower house, the ‘Council of Five-Hundred,’ 500 representatives that were elected by the people and the upper house, the ‘Council of Elders,’ 250 representatives indirectly appointed by the ‘departements’ (‘states’). These representatives were elected for three year terms.

◊ The Executive… There were five ‘Directors’ named for one year terms that provided the administrative needs of the new republic. These ‘Directors’ were selected by the ‘Council of Elders’ from a list drawn up by the ‘Council of Five-Hundred.’ In theory, this should have worked, but in practice these ‘Directors’ tended to become corrupted by their power and remained in office beyond the one year term specified by the Constitution.

This process was successful in directing the French army in their battles against the Austrian coalition, but it was only partially successful in the internal governance of France. In 1797, the remnants of the nobility attempted to return the Monarchy, but failed. In 1798, the remaining ‘Girondists’ reasserted their power and employed their administrative skills to bring order from the chaos. This only lasted a year before there would be another change in government…

Napoleon and his armies were successful in obtaining a truce after their successful conquest of Italy. As a result, most of Italy came under the control of France and the Austrian coalition gained Venice. Another crisis was in store when the armies returned to France and wanted to receive their pay; the country was still in a fiscal crisis and could not make the payment… This whole incident led to the creation of the Empire and naming a military leader, Napoleon, as its head.

We will stop here, but the adventure does continue. The Empire continued, but stability was hard to come by in France. In the 1820’s, the Monarchy was restored only to be followed by the Revolution of 1848 and again in 1872. But that is a study for another series.

Summary and Conclusions

In a period of only ten years, from 1789 to 1799, France had progressed from an Absolute Monarchy to a Republic. The nobility and the clerics no longer were exempt from taxes. The people had learned that they could exercise the power of their numbers. This was not a linear progression, however. The country had to survive the ‘Reign of Terror’ and the anarchy of the people out of control. Many lives were lost to the guillotine. But in the end, they emerged from this process as a Republic, the first in Europe.

Was this the end of tyranny? Not be any means! But it started Europe on a journey towards liberty from oppression. The French Revolution was an example of many nations, but was seen especially in its effects on the Russian Revolution of the twentieth century.

Next Time: We will wrap up our study of the French Revolution by looking at some of the changes that occurred during this period of upheaval. Join us for that continuing adventure…

(Originally posted on Tuesday, July 28, 2009)

[Note: Ceci est la partie 2 de 2 de cette annonce … Les autres parties ont fait leur apparition au cours des derniers jours.]

« L’esprit de la résistance au gouvernement est si précieux à certaines occasions, que je souhaite qu’elle soit toujours en vie. Il est souvent exercé lorsque tort, mais afin de mieux que de ne pas être exercé à tous. J’aime un peu de rébellion et d’aujourd’hui alors. Elle est comme une tempête dans l’atmosphère. »
— Thomas Jefferson, lettre à Abigail Adams, Février 22, 1787

Nous devrions prendre le temps de réfléchir sur deux tours de la fin du XVIIIe siècle – la révolution américaine et française. Il existe de nombreux parallèles des deux affirmations des droits de l’homme et de l’effusion du joug de l’oppression. Les deux abouti à de nouvelles démocraties à l’ère de la monarchie. ◊

Nous allons examiner brièvement ces deux rébellions dans neuf domaines différents. Cette partie 2 examine les quatre dernières de ces domaines. Alors, Let’s get started … ◊

Q: Comment était la propriété de la terre distribuée avant la révolution?

R: En fait, la terre était détenue par le roi, l’Église catholique, et de noblesse en France tandis que les colons ont été les grands propriétaires fonciers dans les colonies américaines. ◊

En Amérique … Il y avait une grande différence dans la propriété des terres entre les colonies du Nord et du Sud ainsi qu’entre les régions côtières et l’instabilité de l’intérieur des régions. Les colonies étaient une source de matières premières pour alimenter les fabricants britanniques. Cela a permis de maintenir une balance commerciale positive en faveur des Britanniques, et non pas les colons! ◊

Dans le Nord, la société s’est concentrée sur les villes, où la terre était détenue par les négociants et les commerçants pour la plupart. Les petites exploitations familiales ont été répartis dans les régions rurales, ces exploitations sont généralement détenues par les familles qui se sont établies et maintenues. De ce fait, les colonies du Nord fondamentalement auto-suffisant pour tous, mais les produits manufacturés, la British supprimé les opérations de fabrication dans les colonies de manière à avoir un marché pour les produits fabriqués par l’industrie britannique. ◊

Dans le Sud, les modes de vie agraire favorable à de plus grands propriétaires de plantations de petits agriculteurs. Cette économie est tributaire de la main-d’œuvre bon marché qui ont été fournis soit par les esclaves africains importés par le commerce triangulaire ou par Indentured les immigrants qui ont dû travailler pendant plusieurs années pour rembourser le coût de leur passage dans les colonies. En dehors des plantations, les maisons ont été détenus par les marchands et les commerçants, dans les zones rurales, il y avait des exploitations familiales. Le coton et le tabac produit par le système de plantation de la matière première pour les fabricants britanniques. ◊

Dans l’ouest des frontières, les biens peuvent être la propriété de celui qui a été en mesure de dégager la terre et à survivre dans les terres indiennes. Ce fut l’occasion pour les paysans sans terre immigrants de posséder leur propre terre. ◊

En France … La situation est très différente entre le peuple français. Comme avec la plupart des autres pays européens, les terres étaient la propriété de la classe supérieure et a été transmis de père en fils, il n’y avait pas de terres non réclamés en France! Le plus grand propriétaire terrien était l’Église catholique ou de la noblesse qui ont conservé l’essentiel de la population étaient des serfs féodaux. Dans les villes, les marchands et les commerçants ont été en mesure de posséder leur propre terre, si elle avait été dans leur famille ou qu’ils ont acquis suffisamment de fonds pour acheter le coûteux. ◊

Q: Quelle est la situation financière de chaque groupe avant la révolution?

R: Là encore, il y avait des différences importantes entre la situation financière dans les colonies américaines et les Français. Ces deux tours ont eu lieu suite à la «guerre de Sept Ans» ( «le français et l’Indian War» dans les colonies), cette guerre a gravement affecté la trésorerie, à la fois des Britanniques et des Français. ◊

En Amérique … Les Britanniques avaient né le lourd fardeau de la «guerre de Sept Ans» tandis que les colonies étaient plutôt en marge de ces batailles. Le Parlement britannique a tenté d’imposer une série de taxes sur les colonies, en particulier sur les marchandises expédiées sous le monopole britannique de ceux fabriqués en Angleterre. Ces taxes ont été perçues comme illégales car les colonies ne sont pas sous le contrôle du Parlement et les colonies n’ont aucune représentation au Parlement. Ainsi, les colonies étaient en relativement bonne position financière alors que les Britanniques souffrent sous le poids de la guerre précédente. ◊

En France … Les Français sont aussi de la souffrance financièrement le coût de la «guerre de Sept Ans», mais ont également été touchées par deux autres facteurs. Le premier est l’extravagances de la famille royale en cette période de crise financière. Le deuxième était celui des effets d’une grave famine dans les campagnes qui était à l’origine de la famine et la malnutrition parmi les paysans. Cela a créé un climat d’agitation qui fait de la France mûre pour la révolution. ◊

Q: Qu’est-ce que les forces armées (armée de terre, marine, etc) ont été impliqués dans chacune de ces révolutions?

R: Au cours de la Révolution américaine, la révolution a été essentiellement un conflit militaire tandis que la Révolution française a été essentiellement un conflit entre les classes et les systèmes de gouvernement – il a été un combat pour la «Liberté, Egalité et Fraternité.» ◊

En Amérique … Les colonies d’Amérique ont déclaré leur indépendance par les Britanniques lors de la «Déclaration d’indépendance» a été signé en 1776. Le combat est entre les Continental armée, en vertu de George Washington, contre la force supérieure de la British Red Coats «qui ont été transportés à travers l’océan Atlantique pour le conflit. Sur le front militaire, les Britanniques étaient mieux armés, mieux formés et ont eu un groupe d’officiers supérieurs. L’armée américaine est essentiellement composée de bénévoles qui sont non qualifiés, mal préparée, et a eu un groupe d’officiers inférieurs. Seulement avec l’aide de la France après le traité de 1778 a fait l’armée coloniale sont mieux formés, l’aide financière et une marine de guerre qui pourrait affronter les Britanniques, mais il n’y a pas d’amour perdu entre les Britanniques et les Français! ◊

L’Armée continentale marqué le plus de décider de la victoire des Britanniques à Yorktown avec l’aide de la marine française et des officiers comme le baron de Lafayette. Les forces coloniales ont été inférieures en mesure de vaincre les plus puissants et les Britanniques confirment leur indépendance. Le «Traité de Paris», qui a cédé le terrain est de la rivière Mississippi dans les colonies américaines ainsi que de leur donner leur indépendance. ◊

En France … En revanche, la Révolution française n’était pas essentiellement une bataille des forces militaires, mais d’une bataille de la philosophie. Il s’agit d’une quête de la démocratie et la liberté de la monarchie absolue de Louis XVI. Ainsi, ce fut surtout une guerre civile, pas un militaire de la défense d’un État indépendant. Les soldats français au cours de la révolution ont été souvent vu refuser à se battre contre leurs frères, les parties à l’évolution que les révolutionnaires de la place. Ainsi, au cours du soulèvement populaire, l’armée n’a pas été un facteur, mais seulement après la révolution avait renversé le roi ne les militaires prennent de l’importance. ◊

Les autres monarchies de l’Europe ont été ébranlées par les événements en France et a voulu éviter un soulèvement de la diffusion de leurs royaumes. Ils ont formé une coalition pour attaquer les révolutionnaires français et de restaurer la monarchie. L’armée française se pose pour contrer cette attaque au cours de la décennie, la plupart des années 1790. Ces forces militaires français allait devenir important après la mise en place de la république en 1794. ◊

Q: Qui sont les principaux combattants au cours de chacune de ces révolutions?

R: Là encore, la clarté des combattants diffèrent dans les deux révolutions. L’Américain a clairement défini alors que les opposants de la révolution française en constante évolution à un ensemble de participants. ◊

En Amérique … En substance, la Révolution américaine a été entre les Britanniques et les colonies. Le Parlement britannique a tenté d’exercer un contrôle sur les colonies après la guerre de Sept Ans et de ce contrôle a été rejeté par les colons. Les Pères fondateurs américains, basés sur la philosophie de la «Lumières», en particulier John Lock, parle et écrit avec éloquence pour défendre les droits des colonies. Oui, il y avait britannique ‘loyalistes »dans les colonies qui ont soutenu le Parlement européen, le Britannique a tenté de mobiliser les esclaves et les Indiens dans l’opposition, les dirigeants de la colonisation. Mais les colons ont été la défense de leurs terres et leur liberté, ce qui leur a donné une très forte incitation à réussir. Grâce à cette résistance à la tentative de contrôle britanniques ont eu tendance à unifier les colonies indépendantes ensemble, plus que tout autre événement aurait pu le faire. ◊

En France … Les lignes de bataille sont beaucoup moins définies lors de la Révolution française. Comme le passé, ont indiqué des affectations, la révolution est passé par cinq phases, chacune avec un casting d’acteurs. Ces acteurs comprennent: la Monarchie, l’Église et le clergé, la noblesse, les marchands et commerçants, et la paysannerie (serfs). Les dirigeants révolutionnaires étaient principalement liés à la «Club des Jacobins de Paris, ces dirigeants ont été répartis dans les centre-gauche« Girondists et de la gauche radicale-adeptes de Robespierre. Ces forces et de leur contrôle sur la révolution a changé d’une étape à l’autre. La dernière force de mobiliser l’armée pour lutter contre la coalition des monarques européens. ◊

Alors, qu’est-ce que tous ont à voir avec notre exploration de la Révolution française? Fondamentalement, cela signifie que nous, Américains, devons être prudents dans notre interprétation de la révolution. Ce n’était pas une guerre entre factions rivales, comme cela a été notre guerre révolutionnaire, il a été une lutte pour apporter la démocratie à un peuple opprimé et de moules en une seule nation, à l’abri de la monarchie absolue du roi. Cette République constitutionnelle radical issu de la violence et l’anarchie du «règne de la terreur«. Il a abouti à la réalisation de la devise: «Liberté, Egalité et Fraternité.« ◊

Nous sommes, je l’espère, maintenant prêt à progresser à explorer les détails de ce grand bouleversement dans l’histoire européenne. Elle aurait un impact majeur sur la vie européenne du XIXe siècle dans la personne, de Napoléon. L’Union européenne actuelle a émergé de ces traditions.

Next Time: Nous allons explorer les idées du «Club des Jacobins et de leurs factions. Rejoignez-nous pour cette aventure …

(Originally posted on Tuesday, July 28, 2009)

[Note: Ceci est la partie 2 de 2 de cette annonce … Les
autres parties ont fait leur apparition au cours des derniers jours.]

« La démocratie va bientôt dégénérer en une anarchie, une telle anarchie que chaque homme fera ce qui est droit à ses propres yeux et pas de la vie de l’homme ou à la propriété ou à la réputation ou la liberté sera sûr, et chacun de ces moisissures vont bientôt lui-même dans un système de la subordination de toutes les vertus morales et intellectuelles, de tous les pouvoirs de la richesse, la beauté, l’esprit et la science, à l’aveugle de plaisirs, de la volonté capricieuse, et la cruauté exécrable de l’un ou de quelques très rares. »
— John Adams, un essai sur l’homme de la soif de pouvoir, 1763

Nous devrions prendre le temps de réfléchir sur deux tours de la fin du XVIIIe siècle – la révolution américaine et française. Il existe de nombreux parallèles des deux affirmations des droits de l’homme et de l’effusion du joug de l’oppression. Les deux abouti à de nouvelles démocraties à l’ère de la monarchie. ◊

Nous allons examiner brièvement ces deux rébellions dans neuf domaines différents. Cette partie 1 examine les cinq premiers de ces domaines. Alors, Let’s get started … ◊

Q: Quels ont été les conditions de la population au début de la révolution?

R: Les deux tours ont eu lieu dans des environnements très différents:

En Amérique … Les colons ont été essentiellement en bonne santé, bien nourris et béni avec de bonnes installations sanitaires et de la relative rares foyers de la maladie. ◊

En France … Le peuple français, en particulier en dehors de Paris et d’autres grandes villes, ont souffert de malnutrition en raison de plusieurs années de famine. Le citoyen français est typique de la faim tandis que les classes supérieures (la noblesse et le clergé) et, en particulier la famille royale, ont été bien nourris et d’auto-indulgence. Paris et autres villes de France a subi le cauchemar typique de l’assainissement de la plupart des villes européennes de la journée. Maladie a balayé la population avec régularité. ◊

Q: Quels ont été les expériences de la population avec les idéaux et les pratiques de la démocratie?

R: Là encore, les deux révolutions ont été basées sur différentes séries d’expériences avec la démocratie: ◊

En Amérique … Les colons américains avaient une expérience en matière de démocratie et d’auto-gouvernance, même si elles étaient sous la domination de la Couronne britannique. Les chartes de ces colonies, accordée par les Anglais Kings, prévue pour des auto-administration sous la supervision d’un gouverneur britannique. Chaque colonie a une assemblée représentative, qui s’est réuni pour discuter de questions d’importance pour la colonie et d’établir des lois et des taxes. La Révolution américaine repose sur ces expériences et le transfert d’une colonie de l’Empire britannique à un pays indépendant. ◊

En France … Le peuple français n’avait pratiquement aucune expérience de la démocratie, comme cela a été courante dans la plupart des pays européens de la journée, à l’exception de l’Angleterre. En fait, la plupart des français étaient essentiellement des paysans qui vivent sous un système féodal dans lequel ils ont été servis serfs que la noblesse française et de l’Église, l’Église catholique a été le plus grand propriétaire terrien à l’époque de la révolution. ◊

Q: Quelle était la nature du gouvernement à l’époque de ces révolutions?

R: Les colons américains vivaient dans le cadre de la règle générale de la monarchie constitutionnelle britannique alors que le peuple français a vécu sous Louis XVI et d’une monarchie absolue: ◊

En Amérique … Les colonies étaient sous la monarchie constitutionnelle britannique, bien que, comme indiqué ci-dessus, ils sont relativement autonomes dans le cadre de la surveillance générale d’un gouverneur britannique. Les colons, cependant, n’avait pas de représentants au Parlement britannique, et les colons ont répondu à toute tentative de ce Parlement d’imposer des taxes ou des restrictions sur les colonies. Cela a conduit à le slogan: «Pas de taxation sans représentation». ◊

En France … Le roi de France était un monarque absolu qui a régné sans rendre de comptes à personne, mais Dieu. L’Eglise (clergé) et la noblesse ont été tenues et les propriétaires sont responsables de la volonté du Roi. Il n’y avait pas d’assemblées représentatives, et même les classes privilégiées avaient peu à dire dans la gouvernance du pays, ils ne peuvent espérer bénéficier d’une présence dans la juridiction où ils pourraient «capture de l’oreille» du roi. Par conséquent, le roi était la loi. ◊

Q: Quelle est la structure des classes sociales dans chaque pays?

R: Les colonies américaines ont été essentiellement une société de moins en classe tandis que les Français avaient une structure de classe très structurée: ◊

En Amérique … Les colons avaient une classe virtuelle, moins la société, bien qu’il existe des distinctions entre les différents peuples. Il faut se rappeler que tous les habitants des colonies étaient des immigrants, car elles ou leurs ancêtres avaient émigré vers les Amériques de l’Angleterre et d’autres parties de l’Europe. La propriété a été le chef de différenciation entre la population, avec la «classe supérieure» de colons sont mieux éduqués et appartenant à des biens. Il est, toutefois, une importante classe moyenne, composée de commerçants et d’artisans, la plupart des familles rurales les agriculteurs propriétaires de leurs biens. ◊

Si votre famille a émigré vers les colonies et sans les ressources nécessaires pour acheter des terres, elles peuvent se déplacer vers l’ouest à la nature des zones de ce qui est maintenant l’Ohio, le Kentucky et le Tennessee; ici, ils pourraient dégager des terres, début d’un règlement, et de devenir propriétaires ( et de se défendre contre les Indiens des États-Unis, dont les terres, il a été!) Il y avait des groupes d’immigrants qui sont arrivés dans les colonies, en particulier le nord de colonies, qui ont été engagés ( «Indentured ‘) à travailler sur le coût de leur passage avant de devenir «libres» dans la société. ◊

Il y avait un sous dans les colonies, cependant. Ce sont les esclaves de l’Afrique de l’Ouest qui ont été principalement dans le sud, où les plantations de coton et de tabac ont été cultivées. Cette économie agricole est fondée principalement sur la main-d’œuvre bon marché des esclaves. Il n’y a pas eu facile route vers la liberté. ◊

En France … La société française est très hiérarchisée et structurée. Au sommet de cette structure, bien sûr, est le roi. Au bas de la structure sociale féodale ont été les paysans, les serfs, qui ont travaillé la terre pour l’Église et la noblesse, mais l’essentiel n’a pas de droits ou l’espoir d’une vie meilleure. Entre ces extrêmes, nous avons eu trois classes, appelé «Estates», y compris le clergé, la noblesse, et les négociants et les commerçants. Ce sont les propriétaires et les paysans du statut ci-dessus. Le clergé et la noblesse étaient exemptés d’impôts et a plutôt privilégié la vie. ◊

Q: Quelle a été la sphère géographique d’influence des participants au début de leurs révolutions?

R: Les colonies américaines et le gouvernement britannique ont été séparés par l’océan Atlantique, tandis que les participants de la Révolution française, ont été séparés par des philosophies et des idées, pas la géographie: ◊

En Amérique … Le gouvernement britannique, le Roi et le Parlement, sont situés à Londres. Les colonies d’Amérique ont fait partie de l’Empire britannique et, par conséquent, sous le contrôle d’un gouverneur britannique, dans chaque colonie. Toutefois, comme indiqué ci-dessus, ces colonies ont été créées en vertu des chartes du roi qui a permis une large autonomie plutôt que la règle de la centralisation du Parlement britannique. En outre, les colonies ont été séparés de la structure de décision par l’océan Atlantique. ◊

En France … La situation en France était tout à fait différent de les colonies américaines. La structure du pouvoir, car il serait plus tard dans les colonies françaises, ont été très centralisée et sous le contrôle direct des instances dirigeantes à Paris. Le Roi avait des palais à Paris et à Versailles, en banlieue de Paris. L’Eglise a des cathédrales dans les villes principales de Paris et les provinces ainsi que des églises dans l’ensemble de la campagne française. La noblesse avait construit des châteaux dans la campagne française, en particulier les vallées de la Loire et de la Dordogne, ils ont aussi passé du temps à Paris dans la cour de recueillir faveur du roi. Les marchands et commerçants ont été trouvés principalement dans les villes, avec ceux de Paris ayant la plus grande puissance du groupe. Tout compte fait, Paris était le centre du pouvoir dans l’ordre des choses en français. ◊

Eh bien, c’est la fin de la partie 1 de cette comparaison. Nous avons examiné la première moitié de cette comparaison entre les deux tours. La prochaine annonce sera complète cet examen. ◊

Next Time: Nous allons regarder la deuxième partie de ce détachement. Rejoignez-nous pour que l’achèvement …

(Originally posted on Monday, July 27, 2009)

[Note: Ceci est la partie 3 de 3 de cette annonce … Les autres parties ont fait leur apparition au cours des derniers jours.]

image « Nous voulons, en un mot, pour répondre aux intentions de la nature et le destin de l’homme, de réaliser les promesses de la philosophie, et d’acquitter la providence d’un long règne de la criminalité et de la tyrannie. Que la France, illustre une fois réduits en esclavage parmi les nations, mai, en éclipsant la gloire de tous les pays libres que jamais existé, est devenu un modèle pour les nations, une terreur pour les oppresseurs, une consolation pour les opprimés, un ornement de l’univers et que, par scellement le travail avec notre sang, nous avons au moins mai témoin l’aube du jour lumineux du bonheur universel. Telle est notre ambition, – c’est la fin de nos efforts. »
— M. Robespierre, «Sur les principes de la morale politique» (1794)

Radical dirigeants et le «règne de la terreur»

Aujourd’hui, l’exploration se concentre sur la ascendency de l’ultra-radical et radical des dirigeants de la Révolution française. Ces dirigeants supervisé la suppression de leur perception par les ennemis de leur exécution à la guillotine. La plupart des dirigeants du centre-gauche membres de la Girondists’ est tombé à ces radicaux au cours des anarchistes «règne de la terreur» qui a eu lieu entre 1792 et 1794. Dans leur tentative de mettre en place une république exige l’imposition d’une violence extrême, et reposant davantage sur Rousseau de la notion de gouvernement que le concept de Montesquieu. ◊

Les dirigeants de ces groupes sont les suivants:

Les dirigeants au cours du règne de la terreur (les «Montagnards»):

image ◊ Robespierre (plus connues et les plus influentes de la figure de la Révolution, chef de la «Montagnards») … Robespierre était un disciple de Rousseau consacré les idéaux de la« vertueux auto, «celui qui est seul avec sa conscience ». Il a chaleureusement approuvé les idées de Thomas Paine intégré dans la «Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.» C’était un Demat qui sont opposés à l’Eglise catholique. Dès le début, il s’est opposé à Mirabeau en raison de son soutien d’une monarchie constitutionnelle, ce qui s’applique également à ses collègues de la «Club des Jacobins,» la «Girondists», qui a également appuyé la modification jusqu’à ce que la monarchie du roi tente de fuir la France. Il a estimé que le roi doit être enlevé et exécuté, ce qui a été réalisé en Janvier, 1793. ◊

Il était un leader dans le «Club des Jacobins» et a appelé à siéger dans les hautes places dans la chambre de réunion de l’Assemblée constitutionnelle, appelée la «montagne», avec son groupe de «Montagnards». Alors que le «Girondists» ont été au pouvoir , il a soigneusement à l’éviction des députés de l’aile droite (vers le « Club de 1789 ») et les dirigeants de l’ancien « Club des Jacobins » (le «Club de l’Fuillants»). Il a estimé que la stabilité intérieure de la France est plus important que la lutte contre une guerre avec la coalition de l’armée autrichienne, et surtout, il craint que les traîtres et les contre-révolutionnaires ont été cachées au sein de la population de Paris et cherche à les éliminer. ◊

Après l’expulsion de l’exécution et un grand nombre de «Girondists,» il a servi sur le Comité de la Sécurité publique », d’où il a dirigé le« règne de la terreur », avec tous ses excès. Il a estimé que le terrorisme était nécessaire pour maintenir la Révolution. Il a également tourné sur sa mise en alliés, les ultra-radicale «Hébestists» quand ils ont commencé leur quête de l’athée, le culte de la Raison et de la christianisation de l’Eglise. Avec ces actions, le groupe était devenu dangereux et doivent être éliminés, ils ont été jugés, condamnés et exécutés sur la guillotine. Finalement, la marée a également tourné contre Robespierre et de ses disciples – ils ont été exécutés à la guillotine en 1794. ◊

image ◊ Marat (journaliste et homme politique radical) … Marat a été intransigeant dans sa position contre les «ennemis de la Révolution.” Il a été membre du «Club des Cordeliers», avant de rejoindre le «Club des Jacobins». Il aspire à la réforme, en tant que maire de Paris, où il a demandé l’aide pour les membres les plus pauvres de la société, le «sans-culottes». Il a été considéré, avec Robespierre et Danton, que les hommes les plus puissants en France en 1793. Il a été constamment battre la Girondists’ et toléré la violence qui balaie Paris, comme le 10 août Insurrection au cours de laquelle la famille royale ont été attaqués dans le palais des Tuileries à Paris. Après avoir pris sa retraite de la participation active pour des raisons de santé, il a été assassiné dans sa baignoire par Charlotte Corday, une «Girondist» sympathisant en 1793. ◊

image ◊ Desmoulins (journaliste et politicien) … Desmoulins était un journaliste qui a couvert et documenté les événements majeurs au cours de la Révolution du lock-out à Versailles en 1789 par le biais de la prise de la Bastille en 1789 et le «règne de la terreur» entre 1792 et 1794. Il a plaidé pour une forme républicaine de gouvernement et un membre de la «Club des Cordeliers.» Il était constamment attaqué Brissot et le «Girondists.» Après opposant certains des programmes de Robespierre, Danton et lui ont été jugés, condamnés et exécutés sur la guillotine. ◊

 

 

image ◊ Danton (Figure principal au cours des premières phases de la Révolution et une influence modératrice dans les «Jacobins») … Danton a été une force majeure dans le renversement de la monarchie et a contribué à créer la première République. Il a estimé que la France devrait être sous la souveraineté populaire (la soi-disant «principe populaires») et fait pression pour une action radicale. Il a été impliqué dans la prise de la Bastille et du transfert de la famille royale du Château de Versailles au Palais des Tuileries à Paris. Au moment de la King’s dethronement et le ascendency de la «Montagnards» au pouvoir, Danton a changé pour les «Montagnards» des «Girondists.» Il estime que seule une transformation radicale de Paris pourrait défendre la France à partir de la coalition de l’armée autrichienne. En tant que membre du « Comité de la Sécurité publique », at-il soutenu la répression et, éventuellement, effectuées à l’exécution de la« Girondists’. Quand il a cessé de soutenir les excès du «Règne de la Terreur», il a été ciblé par Robespierre et a été exécuté sur la guillotine. ◊

Les dirigeants de l’ultra-radical, anti-église circulation (les «Hébertists’):

image ◊ Hébert (Sous la direction de Radical Extreme journal) … Hébest publié Le Père Duchesne, qui imprimé des articles qui ont été remplis d’esprit, la violence, l’abus tirades et un langage grossier. De 1790-1791, il a soutenu une monarchie constitutionnelle. Toutefois, après la famille royale a tenté de fuir la France et a été capturé à Varennes, il a changé sa position à l’appui de la dissolution de la monarchie. Être un membre de la Commune de Paris, ‘la ville du gouvernement, il est devenu encore plus radical que Robespierre. ◊

Il a d’imposer ses convictions athées sur la France et a essayé d’établir le culte de la Raison. Il a cherché à christianiser de l’Eglise catholique en France, il a été rejoint sur la croisade de Chaumette, et ensemble, ils sont devenus connus sous le nom de «Hébertists» et les «enragés». Ils ont appuyé les pauvres de Paris, le « sans-culottes », et a cherché à établir un faible, à prix fixe pour le pain. Ces deux actions les aliénés de Robespierre, qui était un Demat et craint le «sans-culottes». Ils ont finalement été jugée trop radicale et, après l’expulsion et l’exécution de la «Girondists,» a subi le même sort en 1794 sur la guillotine . ◊

image ◊ Chaumette (homme politique français) … Comme un associé de Hébest, Chaumette est devenu un porte-parole pour les pauvres de Paris. Il est devenu le chef de la « Commune de Paris » et a été accusé de promouvoir le « Septembre massacres ». Il a pris une position radicale de la Convention en appelant à l’exécution du roi, avant le reste des membres a suivi, il a exhorté les pour former un groupe de l’Armée révolutionnaire de défendre la Convention de Paris de bandes ainsi que le soutien du passage à Hébest de-christianiser l’Eglise catholique et le remplacer par le culte de la Raison. Ces activités et ces actions ont été rejetées par Robespierre et de la Convention. Cela a conduit à son partage Hébest sur le sort de la guillotine. ◊

Ceci termine notre vue d’ensemble de la période de douze personnalités qui ont dirigé la Révolution française. Tous, sauf un d’entre eux étaient des hommes; Madame Roland est la seule exception. Les deux autres femmes mentionnées rempli des créneaux dans les progrès de la Révolution. ◊

Synthèse et conclusions

Alors, qu’est-ce que ces dizaines de courageux patriotes accomplir? Ils ont libéré la population française à partir de la monarchie absolue du roi. Grâce à une série d’étapes, la nation française a survécu à des menaces provenant de l’intérieur et de l’extérieur, les clercs et les nobles conservé la majorité de la population comme des serfs féodaux. Comme la Révolution avançait, la coalition autrichienne a essayé de rétablir la monarchie au pouvoir absolu. Les deux de ces menaces ont été contrecarrées par le nouveau gouvernement. Le pays a même survécu au «règne de la terreur» déclenchée par Robespierre. ◊

image Enfin, en 1795, la nouvelle constitution a été mis en oeuvre et de la Première République est née. Le Répertoire a remplacé l’Assemblée constituante comme l’organe, il a un Parlement bicaméral ( «Conseil des Cinq-cents» et le «Conseil des Anciens») et un exécutif de cinq administrateurs. La primauté du droit a finalement été mis en place et le pays s’installer dans une période de relative stabilité. Cela a duré jusqu’en 1799 où le chaos émergé de nouveau. La hausse de Napoléon est né de ce chaos. ◊

Next Time: Nous examinerons les assemblées et les conventions qui ont pris fin dans une République constitutionnelle. Rejoignez-nous pour cette aventure …

(Originally posted on Monday, July 27, 2009)

[Note: Ceci est la partie 2 de 3 de cette annonce … Autres pièces apparaîtront au cours des prochains jours.]

image «Vous avez brisé le sceptre du despotisme, vous avez prononcé le beau axiome [que] … les Français sont un peuple libre. Et pourtant, vous permettez à treize millions d’esclaves honteusement à porter les fers de treize millions de despotes! Vous avez le vrai devined l’égalité des droits et que vous êtes toujours injustement de les retenir le plus doux et le plus intéressant moitié d’entre vous! … »
— Olympe de Gouges, “Déclaration des droits de la Femme et de la Femme citoyenne»

Les dirigeants au cours de la monarchie constitutionnelle (la «Girondists»):

Dans la Partie 1 de cette discussion, nous nous sommes penchés sur les facteurs et politiques des principaux participants à la Révolution française de 1789. Nous continuons notre présentation de cette tranche de la «Girondists’ qui sont les intellectuels et les leaders appris dans le cadre de la monarchie constitutionnelle qui a prévalu au cours de la période de 1789 à 1792. En ce moment, ces hommes et ces femmes à condition que le béton bureaucratique leadership requis par la nouvelle forme de gouvernement. Ils ont également fourni les bases conceptuelles et théoriques de la première République. Leur signe de l’influence lors de deux événements passé – le roi et sa famille a tenté d’échapper à Paris en 1792, la suite de laquelle la plus radicale des membres de la «Club des Jacobins et de la Constitution, en particulier Robespierre et la « montagne » (« Montagnards »), qui appelaient à l’exécution du roi.

Ces «Girondists des dirigeants suivants:

image ◊ Brissot (chef de la «Girondists») … Brissot a été un chef de file de la gauche-centre Girond groupe de la province (la zone qui comprenait Bordeaux), et a été consacrée adepte de la doctrine éthique de Montesquieu et de Rousseau. Surtout, il a été accompli pamphlétaire et pense que les idéaux de la Révolution américaine pourrait améliorer le gouvernement français. Il était réputé pour ses discours et a été en charge de la plupart de la politique étrangère au cours de cette première étape de la Révolution. Il a été tout à fait opposé à l’élément radical, les «Montagnards», dans le «Club des Jacobins». Il a rencontré sa mort sur la guillotine.

  

 

image ◊ Pétion (écrivain et homme politique) … Pétion était un avocat et d’un audacieux réformateur. Il a attaqué l’Ancien Régime ( «ancien régime»), en particulier dans la tradition des droits héréditaires de la noblesse et le système féodal qui a maintenu la plupart de la population française que les serfs de leurs propriétaires. Il est devenu le deuxième maire de Paris et a soutenu une forme républicaine de gouvernement. Il a permis les attaques contre la famille royale alors qu’ils ont eu lieu dans la Tuilerie Palais ainsi que les massacres de Septembre de la coalition armée autrichienne approché Paris. Il est devenu un membre du premier Comité de la sécurité publique “, mais opposé à la« Reign of Terror. “Lorsque Robespierre et de son« Montagnards »ont pris le contrôle de la« Club des Jacobins et de l’Assemblée constitutionnelle, il a échappé à Caen, en Normandie région du Nord de la France. Alors que là, il a tenté de susciter une insurrection parmi la population. Lorsque cela a échoué, il a échappé à la région de Bordeaux, où il s’est suicidé en 1794.

image ◊ Roland (Fabricant et leader de la «Girondists») … Roland est un porte-parole de la« Girondist ‘faction dans le «Club des Jacobins». Alors que son groupe était au pouvoir, il a servi en tant que ministre de l’Intérieur et, plus tard, comme le ministre de la Justice. Il a écrit le «Manifeste de désaffectation» pour protester contre le veto du roi a tenté de les décrets adoptés par l’assemblée de la noblesse sanction fuyant Paris, le «émigrés», et les religieux, il a été démis de son ministère position avec d’autres ministres pour protester contre . L’Assemblée a rétabli ces ministres dans un effort pour limiter les interférences avec le Roi des opérations gouvernementales. Comme d’autres’ « Girondists », at-il opposé à Robespierre et les« Montagnards »qui tentaient de passer de la Révolution dans une phase plus radicale. Il a également estimé que la «Commune de Paris» a été trop radical ainsi. Il s’est opposé à l’exécution du roi et la famille royale à moins que confirmé par un vote du peuple. Lorsque ces «Montagnards» a essayé de faire le procès de Roland, son épouse, Madame Manon Roland, a aidé à échapper à la Normandie. Après son épouse a été condamné et exécuté sur la guillotine, il a commis le suicide.

image ◊ Madame Roland (écrivain et défenseur de la «Girondists») … Madame Roland a été la seule femme impliquée dans les activités en cours de la Révolution. Elle a aidé à éditer la correspondance de son mari et a écrit plusieurs de ses discours. A Paris, elle a ouvert un salon qui a accueilli de nombreuses réunions de membres du «Club des Jacobins», dont Brissot, Pétion, Robespierre et d’autres dirigeants du mouvement. Elle a été un lecteur avide et a été un disciple de Montesquieu, Voltaire et Rousseau. Elle estime qu’un bon gouvernement est celui qui comprenaient: «éclairé et du bien-sens …» Elle a été emprisonnée après opposant les excès de la Révolution et à aider son mari à sortir de Paris, au cours de cette période, elle a écrit ses mémoires. Après son procès, elle a été reconnue coupable et la peine d’être exécuté sur la guillotine.

image ◊ Buzot (politicien et leader de la Révolution) … Buzot était un homme d’opinions radicales, en particulier contre l’Eglise catholique. Il a demandé à l’Eglise les biens nationalisés, il croyait aussi dans le droit du peuple de porter les armes. Comme «Girondist», il voulait protéger les personnes, les «sans-culottes», de Paris à partir de l’invasion de la coalition des armées autrichiennes en élevant une armée. Contrairement à d’autres «Girondists», il a appuyé l’exécution du Roi et de la royaliste « émigrés ». Lorsque l’Assemblée a commencé à poursuivre la « Girondists », il a fui au Calvados (Normandie), puis à Bordeaux où il s’est suicidé avec Pétion.

  

  

Femmes de la note pour des contributions lors de la «Règne de la Terreur»:

image ◊ Corday (Assassin de Jean-Paul Marat) … Corday a été auto-éduquée et un disciple de Plutarque, Rousseau et Voltaire. Elle a été repoussée par les excès de la «Septembre Massacres» et craint que Marat était une menace pour la république. Elle a assassiné Marat dans sa baignoire, elle a été jugé, condamné et exécuté sur la guillotine.

  

  

 

image ◊ Olympe de Gouges (dramaturge, militant politique et féministe) … Olympe a conduit la femme mars sur le Palais de Versailles lors de l’Assemblée a été en lock-out de leur espace de réunion. En outre, elle est probablement plus connu pour sa «Déclaration des droits de la femme et de la femme citoyenne» (1791) qui a tenté de gagner pour la femme les mêmes droits que «Déclaration des droits de l’homme et du citoyen» a pour la les hommes de la France. Par son militantisme et de tentatives de forcer l’Assemblée à admettre les femmes à des délibérations, Olympe a été jugé, condamné et exécuté sur la guillotine.

Cet ensemble de centristes libéraux ont contribué à la transition de la Révolution une monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle. Ils ont été guidés par la philosophie du gouvernement de Montesquieu plus que celle de Rousseau. Ils ont cherché un gouvernement qui «travaillé», mais n’a pas nécessairement répondre aux besoins essentiels ou des souhaits des pauvres, des «sans-culottes». Il a été l’échec que ce dernier a précipité la chute de la Révolution dans le «Règne de la Terreur», sous Robespierre et les «Montagnards». Le roi et la plupart des dirigeants de la «Girondists» ont trouvé la mort sur l’exécution par la guillotine. Ceux qui ont échappé se suicide.

Next Time: Nous allons poursuivre notre exploration de la partie 3 par un examen de l’ultra-radicaux et les radicaux de la Révolution. Rejoignez-nous pour cette aventure …

(Originally posted on July 26, 2009)

[Note: Ceci est la partie 1 de 3 de cette annonce … Autres pièces apparaîtront au cours des prochains jours.]

image «La justice a sa colère, mon seigneur évêque, et la colère de la justice est un élément de progrès. Quoi dire de mai, la Révolution française a été le plus grand pas en avant par l’humanité depuis la venue du Christ. Il est inachevé, je suis d’accord, mais encore il a été sublime. Il a publié les sources inexploitées de la société, il ramolli coeurs, apaisé, tranquilized, éclairée, et de qui coule à travers le monde, les marées de la civilisation. Il a été bon. La Révolution française a été l’onction de l’humanité.»
— Victor Hugo

La Révolution française a été le résultat non seulement de l’immédiat les besoins de la société dans le second XVIIIe siècle, mais de l’esprit de liberté qui a été inondé après le succès de la révolte des colonies américaines contre la domination britannique. Cette lutte a été le moment où le «Lumières» des philosophes «réflexion» a été mis en action, en particulier John Locke et Montesquieu. Les philosophes français Voltaire, Rousseau, Montesquieu et a servi de guides pour les intellectuels français qui ont été les leaders des premières phases de la Révolution française. Dans le précédent envoi, nous avons examiné une comparaison entre les deux tours, la grande différence a été clairement indiqué que:

Alors que la Révolution américaine a été une rébellion d’un groupe de colons, la recherche de l’indépendance de leur roi, de la Révolution française a été plus d’une guerre civile qui a cherché à définir la forme de gouvernement qui doit subvenir aux besoins de la population française. ◊

Qui sont les personnalités qui ont mené la Révolution française?

La réponse est complexe si l’on considère qu’il ya eu au moins une douzaine de réformateurs qui cherchent un changement dans la structure du gouvernement français. Ces hommes et ces femmes ne cherchent pas seulement un changement dans la structure de gouvernement, mais aussi un grand changement dans la structure de la société française. Le roi de France, Louis XVI, a lancé le processus en tant que monarque absolu, qui a été comptes à rendre à personne, mais Dieu, il a été soutenu par le clergé de l’Eglise catholique (le premier État) et de la noblesse (le deuxième État). Quatre-vingt-cinq pour cent de la population, le Tiers État est impuissant dans cette structure. Les paysans en milieu rural et les commerçants, en particulier, étaient essentiellement féodal, les serfs de la noblesse et le clergé qui possédait la terre. Ces gens ont peu de droits et fondamentalement pas bien. Ils ont survécu à la discrétion de leurs seigneurs. Il y avait seulement une petite classe moyenne, et ils vivaient dans les grandes villes. Les temps étaient mûrs pour un changement de cette société. ◊

Ainsi, ces douze principaux réformateurs se pose à l’occasion. Ils ne sont pas, cependant, un groupe luttant contre le roi, comme c’était le cas dans les colonies américaines. Ils avaient des idées très différentes de la manière de restructurer le gouvernement, allant d’une monarchie constitutionnelle (comme le Royaume-Uni) pour un communiste comme l’état de la population. Le concept a été une unification: il doit être libre de le contrôle absolu du Roi (Liberté), d’offrir à chacun des groupes dans la population avec une voix égale dans la gouvernance (Egalité), et la nécessité pour tous les secteurs de la société à «se débrouiller» avec les autres (Fraternité). Les deux premiers objectifs ont été atteints, mais le dernier objectif n’a été que partiellement atteint pour les hommes et pas du tout pour les femmes. ◊

Les personnalités qui ont mené cette révolution ne sont pas généralement de l’aristocratie ou des classes nobles, les clercs, ils ne sont pas non plus — ils ont été à partir de la troisième classe: la population régulière. Le roi était au centre de ce processus, avec une majorité de la population à vouloir au moins supprimer le roi du trône pour ne pas l’exécuter. En bref, les principaux participants dans les différentes étapes suivantes: ◊

Les dirigeants au cours de la transition de la monarchie absolue:

  1. Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau (1749-1791 Causes naturelles …)

Les dirigeants au cours de la monarchie constitutionnelle (la «Girondists»):

  1. Jacques Pierre Brissot (1754-1793 Causes naturelles …)
  2. Jérôme Pétion de Villaneuve (1756-1794 … Suicide)
  3. Jean-Marie Roland, vicomte de la Plateière (1734-1793 … Suicide)
  4. Madame Manon (Marie-Jeanne) Roland (1754-1793 guillotine …)
  5. François Nicolas Léonard Buzot (1760-1794 … Suicide)

Femmes de la note pour les contributions spécifiques ( «Girondist» Supporters):

  1. Olympe de Gouges (1755-1793 Guillotine …)
  2. Charlotte Corday (1760-1793 Guillotine …)

Les dirigeants au cours du règne de la terreur (les « Montagnards »):

  1. Maximilien François Marie Isidore de Robespierre (1758-1794 Guillotine …)
  2. Jean-Paul Marat (1743-1793 Assassination …)
  3. Descoulins Camille (1760-1794 Guillotine …)
  4. Georges Danton (1759-1794 Guillotine …)

Les dirigeants de l’ultra-radicale, de la christianisation (la «Hébertists’):

  1. Jacques Hébert (1757-1794 Guillotine …)
  2. Pierre Gaspard Chaumette (1763-1794 Guillotine …)

Ces dirigeants de la Révolution “atténués et coulé» pendant toute cette période, ayant chacun leur temps sous les feux des projecteurs de l’histoire. Le sort de chacun de chacun de ceux-ci sont énumérées derrière la date de leur décès dans la liste ci-dessus, avec Mirabeau et Brissot en train de mourir de causes naturelles. Une majorité d’entre eux se sont réunis de leur sort avec le «Widow Maker», Madame Guillotine! La plupart de ces hommes étaient des membres du «Club des Jacobins, où la» vraie «les débats ont eu lieu avant d’être pris à la Convention pour l’action; Mirabeau n’a pas s’associer avec n’importe quel club tandis que d’autres membres du «Club des Cordeliers». Le «Club des Jacobins» a été en fait de deux autres groupes, le «Club Girondist» et les «Montagnards» et non comme une masse appelée «Plaine». Le soutien de ce dernier groupe a été nécessaire pour obtenir l’adoption de toute législation dans la Convention. Nous allons traiter avec les détails des différentes assemblées qui ont été formées et remplacé comme la Révolution a continué à évoluer. Les participants ci-dessus ont été impliqués dans plusieurs de ces assemblées. ◊

Donc, nous allons regarder de plus près les hommes (et femmes) qui a procédé de la Révolution française à suivre. Par nécessité, ces profils sont résumés. ◊

Qui sont ces principaux participants à la Révolution française?

Les dirigeants au cours de la transition de la monarchie absolue:

image ◊ Mirabeau (écrivain, orateur et homme d’État) … Mirabeau cherche à instaurer une monarchie constitutionnelle, sur le modèle de celui du Royaume-Uni, en France. Il a été beaucoup plus modérée que les autres hommes traités ici, mais il a été connu pour sa vaste connaissance historique, philosophique des idées et son éloquence dans le discours. Il a été attaché à l’idée que: «le gouvernement existe pour permettre à la population à poursuivre son travail quotidien dans la paix, et, pour ce faire, le gouvernement doit être fort. Le gouvernement doit se conformer à la volonté d’une majorité de la population. “Il est contre une guerre civile qui serait, si les idées étaient plus radicales de l’emporter. Il a été, avant tout, un homme d’État et je voulais voir un nouveau gouvernement, mais qui était plus en harmonie avec les idées de Rousseau que de Montesquieu. Il est décédé en 1791, de la péricardite. ◊

Cela achève la première partie de cette couverture des principaux participants à la Révolution française. Rejoignez-nous au cours des prochains jours pour les autres parties. ◊

Next Time: Partie 2 de 3 sera disponible demain. Rejoignez-nous alors …

(Originally posted on Saturday, July 25, 2009)

[Note: This is Part 3 of 3 of this posting… Other parts have appeared over the last few days.]

image “We wish, in a word, to fulfill the intentions of nature and the destiny of man, realize the promises of philosophy, and acquit providence of a long reign of crime and tyranny. That France, once illustrious among enslaved nations, may, by eclipsing the glory of all free countries that ever existed, become a model to nations, a terror to oppressors, a consolation to the oppressed, an ornament of the universe and that, by sealing the work with our blood, we may at least witness the dawn of the bright day of universal happiness. This is our ambition, – this is the end of our efforts.”
— M. Robespierre, “On the Principles of Political Morality” (1794)

 

Radical Leaders and the ‘Reign of Terror’

Today’s exploration focuses on the ascendency of the radical and ultra-radical leaders of the French Revolution. These leaders oversaw the suppression of their perceived enemies through to their execution on the guillotine. Most of the leaders of the center-left members of the ‘Girondists’ fell to these radicals during the anarchical ‘Reign of Terror’ that took place between 1792 and 1794. In their attempt to set up a republic required the imposition of extreme violence, and relied more on Rousseau’s concept of government than that of Montesquieu’s concept. ◊

image

The leaders of these groups include:

The leaders during the ‘Reign of Terror’ (the ‘Montagnards’):

image ◊ Robespierre (Best Known and Most Influential Figure of the Revolution, Head of the ‘Montagnard’s’)… Robespierre was a dedicated follower of Rousseau’s ideals of the ‘virtuous self,’ one who stands alone with his conscience. He heartedly endorsed Thomas Paine’s ideas incorporated into the “Declaration of the Rights of Man and the Citizen.” He was a deist who opposed the Catholic Church. From the beginning, he opposed Mirabeau because of the latter’s support of a Constitutional Monarchy; this also applied to his fellow members of the ‘Jacobin Club,’ the ‘Girondists,’ who also supported the modified monarchy until the King’s attempt to flee France. He believed that the King should be removed and executed, which was accomplished in January, 1793. ◊

He was a leader in the ‘Jacobin Club’ and was known to sit in the high seats in the meeting chamber of the Constitutional Assembly, called the ‘Mountain,’ with his group of ‘Montagnards.’ While the ‘Girondists’ were in power, he carefully saw to the ouster of the right wing deputies (to the ‘Club of 1789’) and the old leaders of the ‘Jacobin Club’ (to the ‘Club of the Fuillants’). He believed that the internal stability of France was more important than fighting a war with the Austrian coalition’s army; above all, he feared that traitors and counter-revolutionaries were hidden among the people of Paris and sought to eliminate them. ◊

After expelling and executing large numbers of ‘Girondists,’ he served on the ‘Committee of Public Safety’ from which he led the ‘Reign of Terror,’ with all of its excesses. He believed that terror was necessary to maintain the Revolution. He also turned on his formal allies, the ultra-radical “Hébestists’ when they commenced their pursuit of the atheistic worship of Reason and the de-christianization of the Church. With these actions, the group had become dangerous and must be eliminated; they were tried, convicted, and executed on the guillotine. Eventually, the tide also turned against Robespierre and his followers — they were executed on the guillotine in 1794. ◊

image ◊ Marat (Radical Journalist and Politician)… Marat was uncompromising in his stand against the ‘enemies of the Revolution.’ He was a member of the ‘Cordeliers Club’ before joining the ‘Jacobin Club’. He strived for reform, as mayor of Paris, where he sought aide for the poorest members of society, the ‘sans-culottes.’ He was viewed, along with Robespierre and Danton, as the most powerful men in France in 1793. He was constantly battling the ‘Girondists’ and condoned the violence that was sweeping Paris, such as the 10 August Insurrection during which the royal family were attacked in the Tuileries Palace in Paris. After he retired from active participation for health reasons, he was assassinated in his bath tub by Charlotte Corday, a ‘Girondist’ sympathizer in 1793. ◊

image ◊ Desmoulins (Journalist and Politician)… Desmoulins was a journalist who covered and documented the major events during the Revolution from the lockout at Versailles in 1789 through the storming of the Bastille in 1789 and the ‘Reign of Terror’ between 1792 and 1794. He advocated a republican form of government and a member of the ‘Cordeliers Club.’ He was constantly attacking Brissot and the ‘Girondists.’ After opposing some of Robespierre’s programs, both he and Danton were tried, convicted, and executed on the guillotine. ◊

image ◊ Danton (Leading Figure during the Early Stages of the Revolution and a Moderating Influence among the ‘Jacobins’)… Danton was a major force in the overthrow of the Monarchy and helped to establish the first Republic. He believed that France should be under popular sovereignty (the so-called ‘popular principle’) and pushed for radical action. He was involved in the storming of the Bastille and the transfer of the royal family from the Versailles Palace to the Tuileries Palace in Paris. At the time of the King’s dethronement and the ascendency of the ‘Montagnards’ to power, Danton switched to the ‘Montagnards’ from the ‘Girondists.’ He believed that only a radical Paris could defend France from the Austrian coalition’s army. As a member of the ‘Committee of Public Safety,’ he supported the suppression and eventually effected the execution of the ‘Girondists’. When he ceased to support the excesses the ‘Reign of Terror,’ he was targeted by Robespierre and was executed on the guillotine. ◊

The leaders of the ultra-radical, anti-church movement (the ‘Hebraists’):

image ◊ Hébert (Editor of Extreme Radical Newspaper)… Hébest published Le Père Duchesne which printed articles that were filled with wit, violence, abusive tirades and foul language. From 1790-1791, he supported a Constitutional Monarchy. However, after the royal family attempted to flee France and was caught at Varennes, he changed his position to support the dissolution of the monarchy. Being a member of the ‘Commune of Paris,’ the city government, he became more radical than even Robespierre. ◊

He went on to impose his atheist beliefs on France and tried to establish the worship of Reason. He sought to de-christianize the Catholic Church in France; he was joined on the crusade by Chaumette, and together they became known as the ‘Hébertists’ and the ‘enragés.’ They supported the poor people of Paris, the ‘sans-culottes,’ and sought to set a low, fixed price for bread. Both of these actions alienated them from Robespierre who was a deist and feared the ‘sans-culottes.’ They were finally judged as too radical and, after the expulsion and execution of the ‘Girondists,’ suffered the same fate in 1794 on the guillotine. ◊

image ◊ Chaumette (French Politician)… As an associate of Hébest, Chaumette became a spokesman for the poor people of Paris. He became the head of the ‘Commune of Paris’ and was accused of promoting the ‘September Massacres.’ He took a radical position in the Convention by calling for the execution of the King before the rest of the members followed suit; he urged the group to form a Revolutionary Army to defend the Convention from the Paris mobs as well as support Hébest’s move to de-christianize the Catholic Church and replace it with the worship of Reason. These activities and actions were rejected by Robespierre and the Convention. This led to his haring Hébest’s fate on the guillotine. ◊

This completes our overview of the twelve key personalities who led the French Revolution. All but one of these were men; Madame Roland being the sole exception. The other two women mentioned filled specific niches in the progress of the Revolution. ◊

Summary and Conclusions

So, what did these dozen brave patriots accomplish? They freed the French population from the absolute monarchy of the King. Through a series of stages, the French nation survived threats from both within and from outside; the clerics and nobility kept most of the population as feudal serfs. As the Revolution progressed, the Austrian coalition attempted to restore the monarchy to absolute power. Both of these threats were thwarted by the new government. The country even survived the ‘Reign of Terror’ unleashed by Robespierre. ◊

Finally, in 1795, the new constitution was put into effect and the First Republic was born. The Directory replaced the Constitutional Assembly as the ruling body; it had a bicameral legislature (‘Council of Five Hundred’ and the ‘Council of Elders’) and an executive of five Directors. The rule of law was finally put into place and the country settled into a period of relative stability. This lasted until 1799 when chaos emerged again. The rise of Napoleon arose from this chaos. ◊

Next Time: We will examine the Assemblies and Conventions that ended in a Constitutional Republic. Join us for that adventure…

(Originally posted on Friday, July 24, 2009)

[Note: This is Part 2 of 3 of this posting… Other parts will appear over the next few days.]

bastille-day-pic-10 “You have broken the scepter of despotism, you have pronounced the beautiful axiom [that] … the French are a free people. Yet still you allow thirteen million slaves shamefully to wear the irons of thirteen million despots! You have devined the true equality of rights—and you still unjustly withhold them from the sweetest and most interesting half among you! …”
— Olympe de Gouges, “Declaration of the Rights of Woman and the Female Citizen

The leaders during the Constitutional Monarchy (the ‘Girondists’):

In Part 1 of this discussion, we looked at the background factors and political groupings of the key participants in the French Revolution of 1789. We continue our presentation in this installment of the ‘Girondists’ who were the intellectuals and learned leaders under the Constitutional Monarchy that prevailed in the period of 1789 to 1792. In that time, these men and women provided the concrete bureaucratic leadership required by the new form of government. They also provided the conceptual and theoretical grounds for the first Republic. Their influenced waved when two events transpired — the King and his family attempted to flee from Paris in 1792, the aftermath of which the more radical members of the ‘Jacobin Club’ and the Constitution, especially Robespierre and the ‘Mountain’ (‘Montagnards’), who were calling for the execution of the King.

These ‘Girondists’ leaders included:

image ◊ Brissot (Leader of the ‘Girondists’)… Brissot was a leader of the left-center group from the Girond province (the area that included Bordeaux) and was a dedicated follower of the ethical teachings of Montesquieu and Rousseau. Above all, he was an accomplished pamphleteer and believed that the ideals of the American Revolution could improve the French government. He was famous for his speeches and was in charge of most of the foreign policy during this initial stage of the Revolution. He was very much opposed to the radical factor, the ‘Montagnards’, in the ‘Jacobin Club’. He met his death on the Guillotine.

image ◊ Pétiôn (Writer and Politician)… Pétiôn was a lawyer and a bold reformer. He attacked the Old Regime (‘ancien regimé’), especially in the traditional hereditary rights of the nobility and the feudal system that kept most of the French population as serfs of their landlords. He became the second mayor of Paris and supported a republican form of government. He permitted the attacks on the Royal family while they were held in the Tuilerie Palace as well as the September Massacres as the Austrian coalition army approached Paris. He became a member of the initial ‘Committee of Public Safety’ but opposed the ‘Reign of Terror.’ When Robespierre and his ‘Montagnards’ took control of the ‘Jacobin Club’ and the Constitutional Assembly, he escaped to Caen, in the Normandy region of Northern France. While there, he attempted to stir up insurrection among the populace. When that failed, he escaped to the Bordeaux region where he committed suicide in 1794.

image ◊ Roland (Manufacturer and Leader of the ‘Girondists’)… Roland was a spokesman for the ‘Girondist’ faction in the ‘Jacobin Club’. While his group was in power, he served both as the Minister of the Interior and, later, as the Minister of Justice. He wrote the “Manifesto of Disaffectation” in protest of the King’s attempted veto of the decrees passed by the assembly to sanction the nobility fleeing Paris, the ‘émigrés’, and the clerics; he was dismissed from his ministry position along with other protesting ministers. The Assembly reinstated these ministers in an effort to limit the King’s interference with government operations. Like other ‘Girondists’, he opposed Robespierre and the ‘Montagnards’ who were trying to move the Revolution into a more radical stage. He also felt that the ‘Commune of Paris’ was too radical as well. He opposed the execution of the King and Royal family unless confirmed by a vote of the people. When these ‘Montagnards’ tried to bring Roland to trial, his wife, Madame Manon Roland, helped him escape to Normandy. After his wife was convicted and executed on the guillotine, he committed suicide.

image ◊ Madame Roland (Writer and Supporter of the ‘Girondists’)… Madame Roland was the only woman involved in the ongoing activities of the Revolution. She helped edit her husband’s correspondence and wrote many of his speeches. In Paris, she opened a salon that hosted meetings of many members of the ‘Jacobin Club’, including Brissot, Pétiôn, Robespierre and other leaders of the movement. She was an avid reader and was a follower of Montesquieu, Voltaire, and Rousseau. She believed that a proper government was one that included: “enlightened and well-meaning…” She was imprisoned after opposing the excesses of the Revolution and helping her husband to escape from Paris; during this time, she wrote her memoirs. After her trial, she was convicted and sentence to be executed on the guillotine.

image ◊ Buzat (Politician and Leader of the Revolution)… Buzat was a man of radical opinions, especially against the Catholic Church. He sought to have the Church’s property nationalized; he also believed in the right of the people to bear arms. As a ‘Girondist’, he wanted to protect the people, the ‘sans-culottes’, of Paris from the invading Austrian coalition armies by raising an army. Unlike other ‘Girondists’, he supported the execution of the King and the Royalist ‘émigrés’. When the Assembly started to prosecute the ‘Girondists’, he fled to Calvados (in Normandy) and then to Bordeaux where he committed suicide with Pétiôn.

Women of note for specific contributions during the ‘Reign of Terror’:

image ◊ Corday (Assassin of Jean-Paul Marat)… Corday was self-educated and a follower of Plutarch, Rousseau, and Voltaire. She was repulsed by the excesses of the September Massacres and feared that Marat was a threat to the republic. She assassinated Marat in his bathtub; she was tried, convicted and executed on the guillotine.

  

image ◊ Olympe de Gouges (Playwright, Political Activist, and Feminist)… Olympe led the women’s march on the Versailles Palace when the Assembly was locked out of their meeting space. In addition, she is probably most remembered for her “Declaration of the Rights of Women and the Female Citizen” (1791) that attempted to win for women the same rights that the “Declaration of the Rights of Man and the Citizens” had for the men of France. For her activism and attempts to force the Assembly to admit women to the deliberations, Olympe was tried, convicted and executed on the guillotine.

This set of centrist liberals helped to transition the Revolution from an absolute Monarchy to a Constitutional Monarchy. They were guided by the philosophy of government of Montesquieu more than that of Rousseau. They sought a government that ‘worked,’ but did not necessarily address the critical needs or wishes of the poor, the ‘sans-culottes.’ It was this latter failure that precipitated the plunge of the Revolution into the ‘Reign of Terror’ under Robespierre and the ‘Montagnards’. The King and most of the leaders of the ‘Girondists’ met their death by execution on the guillotine. Those that escaped committed suicide.

Next Time: We will continue our exploration in Part 3 by an examination of the radicals and ultra-radicals of the Revolution. Join us for that adventure…