(Originally posted on Tuesday, July 28, 2009)

[Note: Ceci est la partie 2 de 2 de cette annonce … Les
autres parties ont fait leur apparition au cours des derniers jours.]

« La démocratie va bientôt dégénérer en une anarchie, une telle anarchie que chaque homme fera ce qui est droit à ses propres yeux et pas de la vie de l’homme ou à la propriété ou à la réputation ou la liberté sera sûr, et chacun de ces moisissures vont bientôt lui-même dans un système de la subordination de toutes les vertus morales et intellectuelles, de tous les pouvoirs de la richesse, la beauté, l’esprit et la science, à l’aveugle de plaisirs, de la volonté capricieuse, et la cruauté exécrable de l’un ou de quelques très rares. »
— John Adams, un essai sur l’homme de la soif de pouvoir, 1763

Nous devrions prendre le temps de réfléchir sur deux tours de la fin du XVIIIe siècle – la révolution américaine et française. Il existe de nombreux parallèles des deux affirmations des droits de l’homme et de l’effusion du joug de l’oppression. Les deux abouti à de nouvelles démocraties à l’ère de la monarchie. ◊

Nous allons examiner brièvement ces deux rébellions dans neuf domaines différents. Cette partie 1 examine les cinq premiers de ces domaines. Alors, Let’s get started … ◊

Q: Quels ont été les conditions de la population au début de la révolution?

R: Les deux tours ont eu lieu dans des environnements très différents:

En Amérique … Les colons ont été essentiellement en bonne santé, bien nourris et béni avec de bonnes installations sanitaires et de la relative rares foyers de la maladie. ◊

En France … Le peuple français, en particulier en dehors de Paris et d’autres grandes villes, ont souffert de malnutrition en raison de plusieurs années de famine. Le citoyen français est typique de la faim tandis que les classes supérieures (la noblesse et le clergé) et, en particulier la famille royale, ont été bien nourris et d’auto-indulgence. Paris et autres villes de France a subi le cauchemar typique de l’assainissement de la plupart des villes européennes de la journée. Maladie a balayé la population avec régularité. ◊

Q: Quels ont été les expériences de la population avec les idéaux et les pratiques de la démocratie?

R: Là encore, les deux révolutions ont été basées sur différentes séries d’expériences avec la démocratie: ◊

En Amérique … Les colons américains avaient une expérience en matière de démocratie et d’auto-gouvernance, même si elles étaient sous la domination de la Couronne britannique. Les chartes de ces colonies, accordée par les Anglais Kings, prévue pour des auto-administration sous la supervision d’un gouverneur britannique. Chaque colonie a une assemblée représentative, qui s’est réuni pour discuter de questions d’importance pour la colonie et d’établir des lois et des taxes. La Révolution américaine repose sur ces expériences et le transfert d’une colonie de l’Empire britannique à un pays indépendant. ◊

En France … Le peuple français n’avait pratiquement aucune expérience de la démocratie, comme cela a été courante dans la plupart des pays européens de la journée, à l’exception de l’Angleterre. En fait, la plupart des français étaient essentiellement des paysans qui vivent sous un système féodal dans lequel ils ont été servis serfs que la noblesse française et de l’Église, l’Église catholique a été le plus grand propriétaire terrien à l’époque de la révolution. ◊

Q: Quelle était la nature du gouvernement à l’époque de ces révolutions?

R: Les colons américains vivaient dans le cadre de la règle générale de la monarchie constitutionnelle britannique alors que le peuple français a vécu sous Louis XVI et d’une monarchie absolue: ◊

En Amérique … Les colonies étaient sous la monarchie constitutionnelle britannique, bien que, comme indiqué ci-dessus, ils sont relativement autonomes dans le cadre de la surveillance générale d’un gouverneur britannique. Les colons, cependant, n’avait pas de représentants au Parlement britannique, et les colons ont répondu à toute tentative de ce Parlement d’imposer des taxes ou des restrictions sur les colonies. Cela a conduit à le slogan: «Pas de taxation sans représentation». ◊

En France … Le roi de France était un monarque absolu qui a régné sans rendre de comptes à personne, mais Dieu. L’Eglise (clergé) et la noblesse ont été tenues et les propriétaires sont responsables de la volonté du Roi. Il n’y avait pas d’assemblées représentatives, et même les classes privilégiées avaient peu à dire dans la gouvernance du pays, ils ne peuvent espérer bénéficier d’une présence dans la juridiction où ils pourraient «capture de l’oreille» du roi. Par conséquent, le roi était la loi. ◊

Q: Quelle est la structure des classes sociales dans chaque pays?

R: Les colonies américaines ont été essentiellement une société de moins en classe tandis que les Français avaient une structure de classe très structurée: ◊

En Amérique … Les colons avaient une classe virtuelle, moins la société, bien qu’il existe des distinctions entre les différents peuples. Il faut se rappeler que tous les habitants des colonies étaient des immigrants, car elles ou leurs ancêtres avaient émigré vers les Amériques de l’Angleterre et d’autres parties de l’Europe. La propriété a été le chef de différenciation entre la population, avec la «classe supérieure» de colons sont mieux éduqués et appartenant à des biens. Il est, toutefois, une importante classe moyenne, composée de commerçants et d’artisans, la plupart des familles rurales les agriculteurs propriétaires de leurs biens. ◊

Si votre famille a émigré vers les colonies et sans les ressources nécessaires pour acheter des terres, elles peuvent se déplacer vers l’ouest à la nature des zones de ce qui est maintenant l’Ohio, le Kentucky et le Tennessee; ici, ils pourraient dégager des terres, début d’un règlement, et de devenir propriétaires ( et de se défendre contre les Indiens des États-Unis, dont les terres, il a été!) Il y avait des groupes d’immigrants qui sont arrivés dans les colonies, en particulier le nord de colonies, qui ont été engagés ( «Indentured ‘) à travailler sur le coût de leur passage avant de devenir «libres» dans la société. ◊

Il y avait un sous dans les colonies, cependant. Ce sont les esclaves de l’Afrique de l’Ouest qui ont été principalement dans le sud, où les plantations de coton et de tabac ont été cultivées. Cette économie agricole est fondée principalement sur la main-d’œuvre bon marché des esclaves. Il n’y a pas eu facile route vers la liberté. ◊

En France … La société française est très hiérarchisée et structurée. Au sommet de cette structure, bien sûr, est le roi. Au bas de la structure sociale féodale ont été les paysans, les serfs, qui ont travaillé la terre pour l’Église et la noblesse, mais l’essentiel n’a pas de droits ou l’espoir d’une vie meilleure. Entre ces extrêmes, nous avons eu trois classes, appelé «Estates», y compris le clergé, la noblesse, et les négociants et les commerçants. Ce sont les propriétaires et les paysans du statut ci-dessus. Le clergé et la noblesse étaient exemptés d’impôts et a plutôt privilégié la vie. ◊

Q: Quelle a été la sphère géographique d’influence des participants au début de leurs révolutions?

R: Les colonies américaines et le gouvernement britannique ont été séparés par l’océan Atlantique, tandis que les participants de la Révolution française, ont été séparés par des philosophies et des idées, pas la géographie: ◊

En Amérique … Le gouvernement britannique, le Roi et le Parlement, sont situés à Londres. Les colonies d’Amérique ont fait partie de l’Empire britannique et, par conséquent, sous le contrôle d’un gouverneur britannique, dans chaque colonie. Toutefois, comme indiqué ci-dessus, ces colonies ont été créées en vertu des chartes du roi qui a permis une large autonomie plutôt que la règle de la centralisation du Parlement britannique. En outre, les colonies ont été séparés de la structure de décision par l’océan Atlantique. ◊

En France … La situation en France était tout à fait différent de les colonies américaines. La structure du pouvoir, car il serait plus tard dans les colonies françaises, ont été très centralisée et sous le contrôle direct des instances dirigeantes à Paris. Le Roi avait des palais à Paris et à Versailles, en banlieue de Paris. L’Eglise a des cathédrales dans les villes principales de Paris et les provinces ainsi que des églises dans l’ensemble de la campagne française. La noblesse avait construit des châteaux dans la campagne française, en particulier les vallées de la Loire et de la Dordogne, ils ont aussi passé du temps à Paris dans la cour de recueillir faveur du roi. Les marchands et commerçants ont été trouvés principalement dans les villes, avec ceux de Paris ayant la plus grande puissance du groupe. Tout compte fait, Paris était le centre du pouvoir dans l’ordre des choses en français. ◊

Eh bien, c’est la fin de la partie 1 de cette comparaison. Nous avons examiné la première moitié de cette comparaison entre les deux tours. La prochaine annonce sera complète cet examen. ◊

Next Time: Nous allons regarder la deuxième partie de ce détachement. Rejoignez-nous pour que l’achèvement …