(Originally posted on Monday, July 27, 2009)

[Note: Ceci est la partie 2 de 3 de cette annonce … Autres pièces apparaîtront au cours des prochains jours.]

image «Vous avez brisé le sceptre du despotisme, vous avez prononcé le beau axiome [que] … les Français sont un peuple libre. Et pourtant, vous permettez à treize millions d’esclaves honteusement à porter les fers de treize millions de despotes! Vous avez le vrai devined l’égalité des droits et que vous êtes toujours injustement de les retenir le plus doux et le plus intéressant moitié d’entre vous! … »
— Olympe de Gouges, “Déclaration des droits de la Femme et de la Femme citoyenne»

Les dirigeants au cours de la monarchie constitutionnelle (la «Girondists»):

Dans la Partie 1 de cette discussion, nous nous sommes penchés sur les facteurs et politiques des principaux participants à la Révolution française de 1789. Nous continuons notre présentation de cette tranche de la «Girondists’ qui sont les intellectuels et les leaders appris dans le cadre de la monarchie constitutionnelle qui a prévalu au cours de la période de 1789 à 1792. En ce moment, ces hommes et ces femmes à condition que le béton bureaucratique leadership requis par la nouvelle forme de gouvernement. Ils ont également fourni les bases conceptuelles et théoriques de la première République. Leur signe de l’influence lors de deux événements passé – le roi et sa famille a tenté d’échapper à Paris en 1792, la suite de laquelle la plus radicale des membres de la «Club des Jacobins et de la Constitution, en particulier Robespierre et la « montagne » (« Montagnards »), qui appelaient à l’exécution du roi.

Ces «Girondists des dirigeants suivants:

image ◊ Brissot (chef de la «Girondists») … Brissot a été un chef de file de la gauche-centre Girond groupe de la province (la zone qui comprenait Bordeaux), et a été consacrée adepte de la doctrine éthique de Montesquieu et de Rousseau. Surtout, il a été accompli pamphlétaire et pense que les idéaux de la Révolution américaine pourrait améliorer le gouvernement français. Il était réputé pour ses discours et a été en charge de la plupart de la politique étrangère au cours de cette première étape de la Révolution. Il a été tout à fait opposé à l’élément radical, les «Montagnards», dans le «Club des Jacobins». Il a rencontré sa mort sur la guillotine.

  

 

image ◊ Pétion (écrivain et homme politique) … Pétion était un avocat et d’un audacieux réformateur. Il a attaqué l’Ancien Régime ( «ancien régime»), en particulier dans la tradition des droits héréditaires de la noblesse et le système féodal qui a maintenu la plupart de la population française que les serfs de leurs propriétaires. Il est devenu le deuxième maire de Paris et a soutenu une forme républicaine de gouvernement. Il a permis les attaques contre la famille royale alors qu’ils ont eu lieu dans la Tuilerie Palais ainsi que les massacres de Septembre de la coalition armée autrichienne approché Paris. Il est devenu un membre du premier Comité de la sécurité publique “, mais opposé à la« Reign of Terror. “Lorsque Robespierre et de son« Montagnards »ont pris le contrôle de la« Club des Jacobins et de l’Assemblée constitutionnelle, il a échappé à Caen, en Normandie région du Nord de la France. Alors que là, il a tenté de susciter une insurrection parmi la population. Lorsque cela a échoué, il a échappé à la région de Bordeaux, où il s’est suicidé en 1794.

image ◊ Roland (Fabricant et leader de la «Girondists») … Roland est un porte-parole de la« Girondist ‘faction dans le «Club des Jacobins». Alors que son groupe était au pouvoir, il a servi en tant que ministre de l’Intérieur et, plus tard, comme le ministre de la Justice. Il a écrit le «Manifeste de désaffectation» pour protester contre le veto du roi a tenté de les décrets adoptés par l’assemblée de la noblesse sanction fuyant Paris, le «émigrés», et les religieux, il a été démis de son ministère position avec d’autres ministres pour protester contre . L’Assemblée a rétabli ces ministres dans un effort pour limiter les interférences avec le Roi des opérations gouvernementales. Comme d’autres’ « Girondists », at-il opposé à Robespierre et les« Montagnards »qui tentaient de passer de la Révolution dans une phase plus radicale. Il a également estimé que la «Commune de Paris» a été trop radical ainsi. Il s’est opposé à l’exécution du roi et la famille royale à moins que confirmé par un vote du peuple. Lorsque ces «Montagnards» a essayé de faire le procès de Roland, son épouse, Madame Manon Roland, a aidé à échapper à la Normandie. Après son épouse a été condamné et exécuté sur la guillotine, il a commis le suicide.

image ◊ Madame Roland (écrivain et défenseur de la «Girondists») … Madame Roland a été la seule femme impliquée dans les activités en cours de la Révolution. Elle a aidé à éditer la correspondance de son mari et a écrit plusieurs de ses discours. A Paris, elle a ouvert un salon qui a accueilli de nombreuses réunions de membres du «Club des Jacobins», dont Brissot, Pétion, Robespierre et d’autres dirigeants du mouvement. Elle a été un lecteur avide et a été un disciple de Montesquieu, Voltaire et Rousseau. Elle estime qu’un bon gouvernement est celui qui comprenaient: «éclairé et du bien-sens …» Elle a été emprisonnée après opposant les excès de la Révolution et à aider son mari à sortir de Paris, au cours de cette période, elle a écrit ses mémoires. Après son procès, elle a été reconnue coupable et la peine d’être exécuté sur la guillotine.

image ◊ Buzot (politicien et leader de la Révolution) … Buzot était un homme d’opinions radicales, en particulier contre l’Eglise catholique. Il a demandé à l’Eglise les biens nationalisés, il croyait aussi dans le droit du peuple de porter les armes. Comme «Girondist», il voulait protéger les personnes, les «sans-culottes», de Paris à partir de l’invasion de la coalition des armées autrichiennes en élevant une armée. Contrairement à d’autres «Girondists», il a appuyé l’exécution du Roi et de la royaliste « émigrés ». Lorsque l’Assemblée a commencé à poursuivre la « Girondists », il a fui au Calvados (Normandie), puis à Bordeaux où il s’est suicidé avec Pétion.

  

  

Femmes de la note pour des contributions lors de la «Règne de la Terreur»:

image ◊ Corday (Assassin de Jean-Paul Marat) … Corday a été auto-éduquée et un disciple de Plutarque, Rousseau et Voltaire. Elle a été repoussée par les excès de la «Septembre Massacres» et craint que Marat était une menace pour la république. Elle a assassiné Marat dans sa baignoire, elle a été jugé, condamné et exécuté sur la guillotine.

  

  

 

image ◊ Olympe de Gouges (dramaturge, militant politique et féministe) … Olympe a conduit la femme mars sur le Palais de Versailles lors de l’Assemblée a été en lock-out de leur espace de réunion. En outre, elle est probablement plus connu pour sa «Déclaration des droits de la femme et de la femme citoyenne» (1791) qui a tenté de gagner pour la femme les mêmes droits que «Déclaration des droits de l’homme et du citoyen» a pour la les hommes de la France. Par son militantisme et de tentatives de forcer l’Assemblée à admettre les femmes à des délibérations, Olympe a été jugé, condamné et exécuté sur la guillotine.

Cet ensemble de centristes libéraux ont contribué à la transition de la Révolution une monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle. Ils ont été guidés par la philosophie du gouvernement de Montesquieu plus que celle de Rousseau. Ils ont cherché un gouvernement qui «travaillé», mais n’a pas nécessairement répondre aux besoins essentiels ou des souhaits des pauvres, des «sans-culottes». Il a été l’échec que ce dernier a précipité la chute de la Révolution dans le «Règne de la Terreur», sous Robespierre et les «Montagnards». Le roi et la plupart des dirigeants de la «Girondists» ont trouvé la mort sur l’exécution par la guillotine. Ceux qui ont échappé se suicide.

Next Time: Nous allons poursuivre notre exploration de la partie 3 par un examen de l’ultra-radicaux et les radicaux de la Révolution. Rejoignez-nous pour cette aventure …